Le PP a perdu le seul élu qui lui restait à la suite des élections du 26 mai. L'avocat d'affaires reconnaît être déçu par ce résultat. Il dénonce une nouvelle fois le peu d'espace médiatique dont il a pu bénéficier au sud du pays ainsi que la concurrence "stérile" à la droite du MR du fait de la coexistence du PP avec les Listes Destexhe et La Droite.

"Je ne dis pas que cela ne me rend pas triste, ni que je ne ferai pas de la politique autrement (avec le club populiste lancé par Steve Bannon, l'ancien conseiller de Donald Trump, NDLR)... On verra bien, peut-être même que je quitterai la Belgique. Toutes les options sont ouvertes", commente Mischaël Modrikamen.

Le pari raté de Mischaël Modrikamen

Le Parti Populaire de Mischaël Modrikamen et Alain Destexhe ont raté leur pari électoral dimanche, ne parvenant ni l'un ni l'autre à une quelconque percée tant au niveau régional que fédéral.

Pour le PP, parti fondé il y a dix ans déjà par Mischaël Modrikamen, ce scrutin signe une nouvelle déconvenue et la fin de l'aventure parlementaire, le PP perdant l'unique député qu'il avait à la Chambre. Il espérait en décrocher entre deux ou quatre... Bien qu'à couteaux tirés, MM. Modrikamen et Destexhe s'étaient accordés sur une déclaration de groupement pour l'élection régionale bruxelloise. Cet accord leur permettait au besoin d'unir leurs suffrages respectifs dans la capitale afin de dépasser le seuil électoral et envoyer ainsi un député au Parlement bruxellois. Mais cette union de circonstances n'aura toutefois servi à rien, le PP et les Listes Destexhe réalisant respectivement 1,70% et 2,59% à peine au scrutin régional bruxellois, soit bien moins ensemble que les 5% attendus...

Actif en politique depuis près de 25 ans, le député bruxellois et sénateur Alain Destexhe, qui avait quitté avec fracas le MR en début d'année, n'est pas parvenu à se faire élire à la Chambre où il était candidat. Présentes dans toutes les circonscriptions, tant au niveau fédéral que régional, les Listes Destexhe n'auront en réalité franchi nulle part le seuil électoral. L'ancienne députée wallonne Patricia Potigny, dont le départ du MR vers les Listes Destexhe avait provoqué la chute de la majorité MR-cdH à Namur à la fin de l'hiver, n'a attiré que 477 voix sur son nom à Charleroi, où elle était candidate pour la Chambre.

Le PP a perdu le seul élu qui lui restait à la suite des élections du 26 mai. L'avocat d'affaires reconnaît être déçu par ce résultat. Il dénonce une nouvelle fois le peu d'espace médiatique dont il a pu bénéficier au sud du pays ainsi que la concurrence "stérile" à la droite du MR du fait de la coexistence du PP avec les Listes Destexhe et La Droite. "Je ne dis pas que cela ne me rend pas triste, ni que je ne ferai pas de la politique autrement (avec le club populiste lancé par Steve Bannon, l'ancien conseiller de Donald Trump, NDLR)... On verra bien, peut-être même que je quitterai la Belgique. Toutes les options sont ouvertes", commente Mischaël Modrikamen. Le Parti Populaire de Mischaël Modrikamen et Alain Destexhe ont raté leur pari électoral dimanche, ne parvenant ni l'un ni l'autre à une quelconque percée tant au niveau régional que fédéral.Pour le PP, parti fondé il y a dix ans déjà par Mischaël Modrikamen, ce scrutin signe une nouvelle déconvenue et la fin de l'aventure parlementaire, le PP perdant l'unique député qu'il avait à la Chambre. Il espérait en décrocher entre deux ou quatre... Bien qu'à couteaux tirés, MM. Modrikamen et Destexhe s'étaient accordés sur une déclaration de groupement pour l'élection régionale bruxelloise. Cet accord leur permettait au besoin d'unir leurs suffrages respectifs dans la capitale afin de dépasser le seuil électoral et envoyer ainsi un député au Parlement bruxellois. Mais cette union de circonstances n'aura toutefois servi à rien, le PP et les Listes Destexhe réalisant respectivement 1,70% et 2,59% à peine au scrutin régional bruxellois, soit bien moins ensemble que les 5% attendus... Actif en politique depuis près de 25 ans, le député bruxellois et sénateur Alain Destexhe, qui avait quitté avec fracas le MR en début d'année, n'est pas parvenu à se faire élire à la Chambre où il était candidat. Présentes dans toutes les circonscriptions, tant au niveau fédéral que régional, les Listes Destexhe n'auront en réalité franchi nulle part le seuil électoral. L'ancienne députée wallonne Patricia Potigny, dont le départ du MR vers les Listes Destexhe avait provoqué la chute de la majorité MR-cdH à Namur à la fin de l'hiver, n'a attiré que 477 voix sur son nom à Charleroi, où elle était candidate pour la Chambre.