"La partie bélarusse est prête à un dialogue constructif et objectif avec ses partenaires étrangers sur toutes les questions liées au déroulement des événements au Bélarus lors de la campagne électorale et après son achèvement", indique un communiqué publié à l'issue d'un entretien téléphonique entre le chef de la diplomatie bélarusse Vladimir Makeï et son homologue suisse Ignazio Cassis. Depuis dimanche soir, le Bélarus est le théâtre de manifestations de protestation contre la réélection controversée du président Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 26 ans dans cette ex-république soviétique. Les protestations contre sa victoire - officiellement avec 80% des voix -, jugée frauduleuse par les contestataires, ont été violemment réprimées par les forces anti-émeutes, faisant deux morts, des dizaines de blessés et donnant lieu à au moins 6.700 arrestations. Les Etats-Unis et l'UE ont dénoncé les fraudes électorales et la répression, les Européens menaçant Minsk de sanctions. Une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de l'UE doit avoir lieu vendredi concernant la situation dans ce pays. (Belga)

"La partie bélarusse est prête à un dialogue constructif et objectif avec ses partenaires étrangers sur toutes les questions liées au déroulement des événements au Bélarus lors de la campagne électorale et après son achèvement", indique un communiqué publié à l'issue d'un entretien téléphonique entre le chef de la diplomatie bélarusse Vladimir Makeï et son homologue suisse Ignazio Cassis. Depuis dimanche soir, le Bélarus est le théâtre de manifestations de protestation contre la réélection controversée du président Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 26 ans dans cette ex-république soviétique. Les protestations contre sa victoire - officiellement avec 80% des voix -, jugée frauduleuse par les contestataires, ont été violemment réprimées par les forces anti-émeutes, faisant deux morts, des dizaines de blessés et donnant lieu à au moins 6.700 arrestations. Les Etats-Unis et l'UE ont dénoncé les fraudes électorales et la répression, les Européens menaçant Minsk de sanctions. Une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de l'UE doit avoir lieu vendredi concernant la situation dans ce pays. (Belga)