"L'assaillant de l'attaque de Bruxelles était l'un des soldats de l'Etat islamique", a indiqué le communiqué citant une "source de sécurité". Il précise que "l'opération a été menée en réponse aux appels à cibler les Etats de la coalition" internationale antijihadistes opérant en Syrie et en Irak, dont la Belgique fait partie. Vendredi soir, le terroriste s'est précipité dans le dos de trois militaires en service, sur le boulevard Emile Jacqmain, et les a frappés avec un couteau. Un des militaires a ouvert le feu alors que l'assaillant criait "Allahou akbar" (Dieu est (le) plus grand, en arabe). L'agresseur, un Somalien naturalisé en 2015 et résidant à Bruges, a été touché à deux reprises. Il et est décédé peu après à l'hôpital. L'homme était aussi en possession d'une arme à feu factice et de deux corans. Deux militaires ont été légèrement blessés dans l'attaque. (Belga)

"L'assaillant de l'attaque de Bruxelles était l'un des soldats de l'Etat islamique", a indiqué le communiqué citant une "source de sécurité". Il précise que "l'opération a été menée en réponse aux appels à cibler les Etats de la coalition" internationale antijihadistes opérant en Syrie et en Irak, dont la Belgique fait partie. Vendredi soir, le terroriste s'est précipité dans le dos de trois militaires en service, sur le boulevard Emile Jacqmain, et les a frappés avec un couteau. Un des militaires a ouvert le feu alors que l'assaillant criait "Allahou akbar" (Dieu est (le) plus grand, en arabe). L'agresseur, un Somalien naturalisé en 2015 et résidant à Bruges, a été touché à deux reprises. Il et est décédé peu après à l'hôpital. L'homme était aussi en possession d'une arme à feu factice et de deux corans. Deux militaires ont été légèrement blessés dans l'attaque. (Belga)