"Je crains fort que les passeurs turcs ne soient soutenus par les autorités", a-t-il souligné dans une interview au quotidien Süddeutsche Zeitung, à l'occasion de sa première visite en Allemagne. "En particulier, les autorités portuaires font comme si elles ne voyaient rien", a ajouté le chef de l'Etat, mais "nous avons des preuves. C'est une sorte de commerce des esclaves". "Je ne parle pas ici des dirigeants turcs", a-t-il toutefois souligné. De telles accusations sont régulièrement formulées par les organisations de défense des droits de l'Homme et les ONG d'aide aux réfugiés sur les îles de la mer Égée, où se concentre l'essentiel des arrivées de migrants en Europe. M. Pavlopoulos a également enjoint la Turquie "à remplir ses engagements" dans cette crise des réfugiés, alors qu'elle est pointée du doigt pour laisser passer des centaines de milliers de migrants vers la Grèce. (Belga)

"Je crains fort que les passeurs turcs ne soient soutenus par les autorités", a-t-il souligné dans une interview au quotidien Süddeutsche Zeitung, à l'occasion de sa première visite en Allemagne. "En particulier, les autorités portuaires font comme si elles ne voyaient rien", a ajouté le chef de l'Etat, mais "nous avons des preuves. C'est une sorte de commerce des esclaves". "Je ne parle pas ici des dirigeants turcs", a-t-il toutefois souligné. De telles accusations sont régulièrement formulées par les organisations de défense des droits de l'Homme et les ONG d'aide aux réfugiés sur les îles de la mer Égée, où se concentre l'essentiel des arrivées de migrants en Europe. M. Pavlopoulos a également enjoint la Turquie "à remplir ses engagements" dans cette crise des réfugiés, alors qu'elle est pointée du doigt pour laisser passer des centaines de milliers de migrants vers la Grèce. (Belga)