Situation qui a conduit la France, l'Allemagne, l'Italie et Malte à proposer un mécanisme temporaire de débarquement ainsi qu'une répartition automatique des migrants, lors d'un réce...

Situation qui a conduit la France, l'Allemagne, l'Italie et Malte à proposer un mécanisme temporaire de débarquement ainsi qu'une répartition automatique des migrants, lors d'un récent conseil européen Justice et Affaires intérieures. Pour le député François De Smet (DéFI, photo), le concept d'urgence en affaires courantes devait permettre à notre pays de participer à ce mécanisme. Mais la ministre de l'Asile et la Migration, Maggie De Block (Open VLD), lui a répondu qu'un gouvernement en affaires courantes ne pouvait prendre ce type de décision. Tout en soulignant que la Belgique fournissait " un plus grand effort par habitant que l'Italie ". Et le député de rappeler que ce gouvernement est en affaires courantes et minoritaire " parce que le Premier ministre a choisi de faire prévaloir les valeurs humanistes " (lors de l'adhésion de la Belgique au Pacte mondial sur les migrations, à Marrakech...).