Eddy Merckx n'est plus un cycliste. Depuis un demi-siècle, il est le cyclisme. En dix ans, il a réduit la concurrence à néant et a tout gagné. Inventé le présent, annihilé le passé, annulé le futur. En lui, on a reconnu tous les champions qui se sont succédé jusqu'à ses débuts en 1965 : c'est que Merckx a chaque fois atteint, égalé, dépassé ce qui s'était fait avant. Atteint, égalé, dépassé tout. Et tous. Tout ce qui viendra après lui ne sera jamais que mièvre.
...