Créé en 2019, le Prix Amnesty Jeunes des droits humains récompense une personne ou un groupe de personnes âgées de 35 ans maximum, vivant en Belgique et étant reconnue par les jeunes militants de l'organisation pour la qualité de son action en faveur des droits humains. Michelle Sequeira a lancé en 2016 l'ASBL Unless dont l'objectif est de venir en aide aux personnes sans-abri dans la zone de la Gare du Nord, à Bruxelles, notamment en leur offrant de la nourriture, des vêtements et autres produits de base, mais également en passant du temps avec elles. L'association leur permet également de disposer de douches, de nécessaires de toilette et de machines à laver. "Nous sommes très heureux de remettre ce Prix à Michelle, qui, par son action, a touché le c?ur de nos jeunes militants, lesquels ont reconnu en elle une figure incarnant la jeunesse qui se bat pour les droits humains de toutes et tous, particulièrement les plus vulnérables", explique la responsable du programme Jeunesse de la section belge francophone d'Amnesty International, Marine Jeannin. Parmi les sept finalistes figuraient également la comédienne, présentatrice et productrice Cécile Djunga ; les étudiantes fondatrices de Thé Ok ? ; les créateurs du média autonome et collaboratif Bruxelles Dévie ; le collectif de collage féministe, La Meute ; les étudiantes créatrices du podcast David brûle ; et les autrices du podcast Sans Blanc de Rien. Les deux lauréates précédentes du prix Amnesty jeunes des droits humains étaient, en 2020, Anne-Sarah N'Kuna et Laure Fornier, alors animatrices d'IZI News sur Tarmac et, en 2019, Adriana Costa Santos, qui se consacre à la défense des droits fondamentaux des personnes migrantes. (Belga)

Créé en 2019, le Prix Amnesty Jeunes des droits humains récompense une personne ou un groupe de personnes âgées de 35 ans maximum, vivant en Belgique et étant reconnue par les jeunes militants de l'organisation pour la qualité de son action en faveur des droits humains. Michelle Sequeira a lancé en 2016 l'ASBL Unless dont l'objectif est de venir en aide aux personnes sans-abri dans la zone de la Gare du Nord, à Bruxelles, notamment en leur offrant de la nourriture, des vêtements et autres produits de base, mais également en passant du temps avec elles. L'association leur permet également de disposer de douches, de nécessaires de toilette et de machines à laver. "Nous sommes très heureux de remettre ce Prix à Michelle, qui, par son action, a touché le c?ur de nos jeunes militants, lesquels ont reconnu en elle une figure incarnant la jeunesse qui se bat pour les droits humains de toutes et tous, particulièrement les plus vulnérables", explique la responsable du programme Jeunesse de la section belge francophone d'Amnesty International, Marine Jeannin. Parmi les sept finalistes figuraient également la comédienne, présentatrice et productrice Cécile Djunga ; les étudiantes fondatrices de Thé Ok ? ; les créateurs du média autonome et collaboratif Bruxelles Dévie ; le collectif de collage féministe, La Meute ; les étudiantes créatrices du podcast David brûle ; et les autrices du podcast Sans Blanc de Rien. Les deux lauréates précédentes du prix Amnesty jeunes des droits humains étaient, en 2020, Anne-Sarah N'Kuna et Laure Fornier, alors animatrices d'IZI News sur Tarmac et, en 2019, Adriana Costa Santos, qui se consacre à la défense des droits fondamentaux des personnes migrantes. (Belga)