"La base de Torrejón sera demain (samedi) le centre de l'Europe", a affirmé José Manuel Albares dans une interview à la radio Cadena Ser à propos de la visite du président du Conseil européen et de la présidente de la Commission européenne, qui seront accompagnés par le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez. M. Albares a précisé que ce centre, installé par l'armée espagnole en quatre jours, pourrait accueillir un millier de personnes et serait "un hub", "le centre logistique de l'Europe, car ici vont transiter tous les Afghans qui ont collaboré avec les différentes institutions de l'UE". Dans un communiqué publié lundi, le ministère espagnol des Affaires étrangères avait annoncé que M. Albares, lors d'entretiens avec le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, et le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, avait manifesté l'accord de l'Espagne pour servir de "point d'entrée dans l'UE" aux réfugiés afghans qui travaillaient à Kaboul pour ces deux institutions. "Ils arrivent en Espagne et de là, ils vont dans d'autres pays qui leur offrent des visas", a déclaré M. Albares a la Cadena Ser. (Belga)

"La base de Torrejón sera demain (samedi) le centre de l'Europe", a affirmé José Manuel Albares dans une interview à la radio Cadena Ser à propos de la visite du président du Conseil européen et de la présidente de la Commission européenne, qui seront accompagnés par le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez. M. Albares a précisé que ce centre, installé par l'armée espagnole en quatre jours, pourrait accueillir un millier de personnes et serait "un hub", "le centre logistique de l'Europe, car ici vont transiter tous les Afghans qui ont collaboré avec les différentes institutions de l'UE". Dans un communiqué publié lundi, le ministère espagnol des Affaires étrangères avait annoncé que M. Albares, lors d'entretiens avec le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, et le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, avait manifesté l'accord de l'Espagne pour servir de "point d'entrée dans l'UE" aux réfugiés afghans qui travaillaient à Kaboul pour ces deux institutions. "Ils arrivent en Espagne et de là, ils vont dans d'autres pays qui leur offrent des visas", a déclaré M. Albares a la Cadena Ser. (Belga)