"Le Premier ministre ne nous laisse pas mener une nouvelle politique en matière de migration", aurait également regretté M. De Wever, d'après le compte-rendu de cette réunion qu'a pu consulter la chaîne flamande. Après le décès de Mawda, une fillette de deux ans tuée par une balle tirée par la police au cours d'une course-poursuite avec une camionnette transportant des migrants, le Premier ministre avait reçu personnellement ses parents. Une grande erreur aux yeux de M. De Wever. "Le Premier a reçu les parents et a communiqué à ce propos. De cette manière, il a poussé les parents dans un rôle de victime pure et le gouvernement dans un rôle d'auteur", a-t-il estimé. Le président des nationalistes flamands avait précédemment attribué publiquement aux parents de la petite Mawda une responsabilité dans la mort de leur enfant de deux ans. Le Premier ministre Charles Michel avait affirmé avoir été "choqué" par les propos de M. De Wever. (Belga)

"Le Premier ministre ne nous laisse pas mener une nouvelle politique en matière de migration", aurait également regretté M. De Wever, d'après le compte-rendu de cette réunion qu'a pu consulter la chaîne flamande. Après le décès de Mawda, une fillette de deux ans tuée par une balle tirée par la police au cours d'une course-poursuite avec une camionnette transportant des migrants, le Premier ministre avait reçu personnellement ses parents. Une grande erreur aux yeux de M. De Wever. "Le Premier a reçu les parents et a communiqué à ce propos. De cette manière, il a poussé les parents dans un rôle de victime pure et le gouvernement dans un rôle d'auteur", a-t-il estimé. Le président des nationalistes flamands avait précédemment attribué publiquement aux parents de la petite Mawda une responsabilité dans la mort de leur enfant de deux ans. Le Premier ministre Charles Michel avait affirmé avoir été "choqué" par les propos de M. De Wever. (Belga)