C'est le dernier épisode de la chute de cet avocat de haut vol, qui en 2018 fut un tourmenteur acharné de Donald Trump, à l'époque où il représentait l'actrice de films X Stormy Daniels qui affirmait avoir eu une brève liaison avec le magnat new-yorkais. Michael Avenatti, 50 ans, s'était alors mué en fer de lance de la contestation anti-Trump, multipliant les interventions devant les caméras et sur les réseaux sociaux. D'aucuns le soupçonnaient même de préparer une candidature à la présidence. Mais en mars 2019, l'avocat au crâne rasé était interpellé pour tentative d'extorsion contre l'équipementier sportif Nike, ainsi que pour fraude fiscale. Selon les enquêteurs, Michael Avenatti a demandé aux dirigeants de l'entreprise de lui verser plusieurs millions de dollars pour le dissuader de publier des informations potentiellement compromettantes, relatives à des infractions commises par la marque à la virgule dans le recrutement de basketteurs universitaires. Lors de l'audience jeudi, Avenatti, connu pour être hyperactif et pilote de course à ses heures, s'est montré contrit. "Moi et moi seul ai ruiné ma carrière, mes relations et ma vie", a déclaré l'avocat au juge fédéral de Manhattan Paul Gardephe, selon des journalistes présents dans la salle. "Le comportement de M. Avenatti a été scandaleux", a conclu le juge, estimant que l'avocat était devenu "ivre" de la puissance acquise par ses postures publiques. Les ennuis judiciaires de M. Avenatti, basé à Los Angeles, ne sont pas terminés. Il devra répondre devant un tribunal fédéral de Californie d'autres accusations de fraude, aux dépens de ses clients ou du fisc, et à New York d'accusations de détournement de fonds destinés à Stormy Daniels. (Belga)

C'est le dernier épisode de la chute de cet avocat de haut vol, qui en 2018 fut un tourmenteur acharné de Donald Trump, à l'époque où il représentait l'actrice de films X Stormy Daniels qui affirmait avoir eu une brève liaison avec le magnat new-yorkais. Michael Avenatti, 50 ans, s'était alors mué en fer de lance de la contestation anti-Trump, multipliant les interventions devant les caméras et sur les réseaux sociaux. D'aucuns le soupçonnaient même de préparer une candidature à la présidence. Mais en mars 2019, l'avocat au crâne rasé était interpellé pour tentative d'extorsion contre l'équipementier sportif Nike, ainsi que pour fraude fiscale. Selon les enquêteurs, Michael Avenatti a demandé aux dirigeants de l'entreprise de lui verser plusieurs millions de dollars pour le dissuader de publier des informations potentiellement compromettantes, relatives à des infractions commises par la marque à la virgule dans le recrutement de basketteurs universitaires. Lors de l'audience jeudi, Avenatti, connu pour être hyperactif et pilote de course à ses heures, s'est montré contrit. "Moi et moi seul ai ruiné ma carrière, mes relations et ma vie", a déclaré l'avocat au juge fédéral de Manhattan Paul Gardephe, selon des journalistes présents dans la salle. "Le comportement de M. Avenatti a été scandaleux", a conclu le juge, estimant que l'avocat était devenu "ivre" de la puissance acquise par ses postures publiques. Les ennuis judiciaires de M. Avenatti, basé à Los Angeles, ne sont pas terminés. Il devra répondre devant un tribunal fédéral de Californie d'autres accusations de fraude, aux dépens de ses clients ou du fisc, et à New York d'accusations de détournement de fonds destinés à Stormy Daniels. (Belga)