Les écologistes flamands ont amélioré leur score lors des dernières élections mais la vague verte a toutefois été moins forte qu'espéré, ce qui a mené à une évaluation interne du parti. "Notre espoir vert a été impliqué dans une bataille titanesque contre la pression de la droite et de l'extrême-droite", a indiqué Mme Almaci. "Nous devons apprendre à rester nous-mêmes au milieu de toute cette violence. Proches de nos coeurs qui offrent de l'espoir, plutôt que de nous laisser entraîner dans les chamailleries et la stratégie politique." "Ce fut un combat difficile et des errreurs sont commises à chaque combat. Mais notre plus grande victoire n'est pas de ne jamais échouer, mais de remonter à chaque fois que nous trébuchons", a souligné Mme Almaci. "Et, bien que nous espérions faire plus ensemble, nous sommes et resterons l'un des gagnants puisque nous avons réalisé notre deuxième meilleur score de tous les temps". A Bruxelles, Groen est devenu le plus gros parti néerlandophone et fait partie du gouvernement bruxellois, entre-temps formé. En Flandre, Groen ne se retrouve par contre pas à la table des négociations. La N-VA traite avec le CD&V et l'Open Vld sur base d'une note d'intention de l'informateur Bart De Wever, qui s'est d'abord entretenu avec le Vlaams Belang dans les mois ayant suivi les élections de mai dernier. Selon Meyrem Almaci, cette note de base n'est pas "respectueuse". "Bart De Wever a écrit cette note avec le Vlaams Belang, ses amis dissimulés derrière un paravent japonais et le résultat est là. Les futurs partenaires de coalition peuvent maintenant tenter de peaufiner cette note. Y a-t-il plus humiliant pour tes anciens et futurs partenaires de coalition?", se demande Mme Almaci. "La note d'intention n'est pas respectueuse. Tant dans sa méthode que dans son contenu. Elle divise notre société en citoyens A et B, avec moins d'allocations familiales et plus de barrières pour les nouveaux arrivants sans toutefois résoudre un seul problème de société", relève la présidente de Groen. "La note d'intention n'apporte par ailleurs aucune réponse aux défis climatiques. Malgré son étiquette 'suédoise', cette note n'a rien de l'ambition et de l'audace scandinaves." "Nous ne devons jamais tomber dans le piège de la peur et de la haine. Un piège qui est tendu par la note d'intention pour la Flandre. Car celui qui aime son peuple ne le divise pas. Celui qui aime son drapeau ne l'entache pas. Celui qui exige la liberté d'expression pour lui-même ne limite pas celle des autres", a conclu Meyrem Almaci. (Belga)