"C'est un massacre", a déclaré, très choqué, Julian Lebaron à Radio Formula. Selon cet activiste anti-criminalité, les corps criblés de balles de sa cousine et de ses quatre enfants ont d'abord été retrouvés à bord de leur camionnette calcinée, dans une région proche de la frontière américaine. "Ma cousine Rhonita allait chercher son époux à l'aéroport de Phoenix (Etats-Unis). Ils leur ont tendu une embuscade, ils ont ouvert le feu sur la camionnette et ils l'ont brûlée avec ses quatre enfants. C'est un massacre", a affirmé M. Lebaron. Les assaillants ont séquestré deux autres véhicules qui accompagnaient le premier, et quelques heures plus tard, ces derniers ont été retrouvés avec les corps sans vie de deux autres femmes et deux autres enfants, un garçon et une fille âgés d'une dizaine d'années. Entre cinq et six autres enfants, dont un a été blessé par balle, ont réussi à s'échapper et à rentrer chez eux à pied, et une fillette était portée disparue après avoir couru dans les bois pour se cacher, a précisé M. Lebaron. Interrogé sur les auteurs et les motivations de cette attaque sanglante, M. Lebaron a souligné que la région de l'embuscade était une "zone de guerre" où sévissent narcotrafiquants et bandits en tous genres. Les victimes "ont peut-être été prises dans des tirs croisés, ou été ciblées par erreur, nous ne savons pas", a déclaré M. Lebaron, tout en soulignant que la communauté mormone de cette région avait été récemment la cible de menaces. Le frère de Julian Lebaron, Benjamin Lebaron, qui avait fondé un collectif de défense contre la criminalité baptisé SOS Chihuahua, avait lui-même été assassiné en 2009. Le procureur de Chihuahua, César Augusto Peniche, a indiqué pour sa part que le nombre de victimes restait "confus", en raison de la difficulté d'accès à la zone, montagneuse et boisée. L'attaque a eu lieu à Rancho de la Mora, à la limite entre les Etats de Chihuahua et de Sonora, près de la frontière avec les Etats-Unis. (Belga)