"Le gouvernement veut comprendre ce qu'il s'est passé, connaître la vérité, retrouver les jeunes et rendre justice", a affirmé le président Obrador durant une conférence de presse. Le gouvernement mexicain a promis une récompense de dix millions de peso (446.000 euros) en échange d'informations sur Alejandro Tenescalco Mejia, le suspect principal. Une récompense de 1,5 million de peso est également promise pour d'autres informations vérifiables. Pour le cinquième anniversaire de la disparition des étudiants, les familles et les proches des victimes se sont rendus au parlement pour crier leur désarroi. "Tu les as pris vivants, nous voulons qu'ils reviennent vivants", scandaient-ils. Mexico a été le théâtre de marches commémoratives avec plusieurs milliers de participants. A Iguala, la ville où les étudiants ont disparu, des fleurs ont été déposées. Les 43 étudiants, qui suivaient un formation pour devenir enseignants, ont disparu le 26 septembre 2014 à Iguala. Selon l'hypothèse du parquet de l'époque, les étudiants ont été arrêtés par la police qui croyait qu'ils faisaient partie d'un groupe de trafiquants de drogue rival du cartel local des Guerreros Unidos. D'après cette version, publiée au début de 2015, les policiers ont remis les étudiants à des tueurs des Guerreros Unidos qui les ont assassinés, ont incinéré les corps sur une décharge municipale à Cocula - à 36 kilomètres de l'endroit où ont lieu les nouvelles excavations - et ont jeté les cendres dans une rivière. Les familles ont dénoncé des irrégularités dans cette enquête, lesquelles ont entraîné la remise en liberté de plus de 70 personnes qui avaient été inculpées. Ces controverses ont conduit le président Lopez Obrador à créer la commission Vérité qui doit élucider définitivement cette affaire. (Belga)