Lire aussi Le confinement sera prolongé de deux semaines en Belgique

"Je suis un peu déçu. Je reste sur ma faim", a déclaré le président du cdH Maxime Prévot, vendredi soir sur RTL-TVi. "Je pensais que c'était l'occasion de pouvoir passer à une étape supérieure d'autant que les esprits étaient mûrs (...) et pourtant, on a juste deux semaines de prolongation et le rappel des mesures existantes", a-t-il déploré, en réaction aux mesures annoncées par la Première ministre Sophie Wilmès.

"Je m'attendais aussi à quatre ou cinq signaux clairs qui auraient facilité la vie des bourgmestres, comme celle des citoyens", a ajouté celui qui est aussi bourgmestre de Namur. "Par exemple, la France a déterminé qu'une sortie ne pouvait durer qu'une heure dans un rayon de un à deux kilomètres. Pour les écoles, on savait tous que le système de garderie allait être prolongé. Mais on ne sait pas encore si l'on pourra compter sur les professeurs et sur les instituteurs." "Sur les masques. Pas un mot. Sur le dépistage, pas un mot non plus", a encore regretté Maxime Prévot.

"Je m'attendais aussi à quatre ou cinq signaux clairs qui auraient facilité la vie des bourgmestres, comme celle des citoyens", a ajouté celui qui est aussi bourgmestre de Namur. "Par exemple, la France a déterminé qu'une sortie ne pouvait durer qu'une heure dans un rayon de un à deux kilomètres. Pour les écoles, on savait tous que le système de garderie allait être prolongé. Mais on ne sait pas encore si l'on pourra compter sur les professeurs et sur les instituteurs." "Sur les masques. Pas un mot. Sur le dépistage, pas un mot non plus", a encore regretté Maxime Prévot.