"Il est important que les messages des jeunes appelant à prendre au sérieux la lutte contre le changement climatique trouvent davantage d'écho", affirme Mme Kitir dans un communiqué. "Le combat pour le climat est celui de nos jeunes et pour nos jeunes. Ce sont eux qui paient le prix le plus lourd de cette crise. En même temps, ils nous secouent. Il est donc très important que nous écoutions leurs voix et que nous veillions à ce qu'ils puissent contribuer à trouver la solution. Il n'y a qu'une seule façon de lutter contre la crise climatique et c'est ensemble." Dans le cadre de sa politique de coopération au développement, la Belgique a lancé un programme pour lutter contre la désertification du Sahel et se concentrera sur la plantation d'arbres et la restauration de quelque 20.000 terrains de football de terres agricoles. Quelque 200 millions d'euros seront fournis dans les années à venir pour lutter contre la déforestation, tandis que les nouveaux partenariats bilatéraux avec le Mozambique et la Palestine visent également à rendre les populations résilientes aux conséquences du changement climatique. La ministre souligne par ailleurs que les fonds destinés à l'action internationale en faveur du climat sont désormais supérieurs de 70 % à ceux de la dernière législature. "Le temps de rester assis est terminé. Nous devons agir maintenant si nous voulons inverser le cours des choses", a-t-elle dit. (Belga)

"Il est important que les messages des jeunes appelant à prendre au sérieux la lutte contre le changement climatique trouvent davantage d'écho", affirme Mme Kitir dans un communiqué. "Le combat pour le climat est celui de nos jeunes et pour nos jeunes. Ce sont eux qui paient le prix le plus lourd de cette crise. En même temps, ils nous secouent. Il est donc très important que nous écoutions leurs voix et que nous veillions à ce qu'ils puissent contribuer à trouver la solution. Il n'y a qu'une seule façon de lutter contre la crise climatique et c'est ensemble." Dans le cadre de sa politique de coopération au développement, la Belgique a lancé un programme pour lutter contre la désertification du Sahel et se concentrera sur la plantation d'arbres et la restauration de quelque 20.000 terrains de football de terres agricoles. Quelque 200 millions d'euros seront fournis dans les années à venir pour lutter contre la déforestation, tandis que les nouveaux partenariats bilatéraux avec le Mozambique et la Palestine visent également à rendre les populations résilientes aux conséquences du changement climatique. La ministre souligne par ailleurs que les fonds destinés à l'action internationale en faveur du climat sont désormais supérieurs de 70 % à ceux de la dernière législature. "Le temps de rester assis est terminé. Nous devons agir maintenant si nous voulons inverser le cours des choses", a-t-elle dit. (Belga)