M. Johnson insiste pour que les dirigeants européens abandonnent le "backstop", ce filet de sécurité qui garantit que, faute de meilleure solution à l'issue d'une période transitoire de deux ans, et pour éviter la création d'une frontière entre la province britannique d'Irlande du Nord et la République d'Irlande, le Royaume-Uni tout entier resterait dans l'Union douanière. "Bien sûr que nous réfléchirons à des solutions pratiques, a commenté Mme Merkel en marge d'une rencontre à Reykjavik avec les gouvernements des pays scandinaves. Mais nous ne devons pas rouvrir l'accord de retrait", a-t-elle ajouté. La chancelière a insisté sur l'unité des Vingt-sept à exclure toute nouvelle négociation avec le Royaume-Uni sur le Brexit. A la suite de sa rencontre avec Mme Merkel, M. Johnson est attendu à Paris jeudi pour un entretien avec le président français Emmanuel Macron. (Belga)