Même s'ils ne parviennent pas à retrouver leur score électoral de 2014, le MR et le PS se disputent la première place en Wallonie et à Bruxelles. Les libéraux occupent la tête du classement des intentions de vote au sud du pays avec 22,1%, selon un sondage RTL-Le Soir réalisé par Ipsos et publié vendredi soir. Les socialistes sont deuxièmes avec 19,5% (contre 32% au dernier scrutin) talonnés par le PTB à 18,9%. A Bruxelles, la situation est inversée. Le PS se redresse un peu mais ne recueille plus que 17,6% des intentions contre 16,5% pour le MR.

Le CDH semble franchir une nouvelle étape dans son érosion. Les démocrates humanistes ne recueillent plus que 5% des intentions à Bruxelles et 8,3% en Wallonie. La nouvelle et très courte majorité qu'ils ont constituée avec le MR ne tiendrait déjà plus si des élections avaient lieu demain.

Les partis dits non traditionnels se portent mieux. DéFI talonne les libéraux à Bruxelles avec 15,8% des intentions et progresse en Wallonie avec 6,5%. A la troisième place, le PTB est dans la roue du PS en Wallonie tandis qu'Ecolo occupe une quatrième place plus modeste avec 11%. La coalition de gauche rêvée par la FGTB serait à un fifrelin des 50%. A Bruxelles, la situation est plus contrastée. Ecolo récolte 12,8% des intentions et le PTB 7,9%.

En Flandre, la N-VA occupe toujours la première place loin derrière ses concurrents mais passe tout de même en-dessous de 30% des intentions de vote, à 29,5%. Le CD&V est deuxième avec 14,1%. Groen progresse et décroche la troisième place avec 13,2% suivi de l'Open Vld avec 12,2%. Pour le sp.a, c'est la douche froide: les socialistes du nord ne recueillent plus que 10,9% talonnés par le Vlaams Belang à 10,4%. Le PTB-PvdA franchit de justesse le seuil de 5%.

Au rayon popularité, l'ex-ministre-président wallon Paul Magnette (PS) est premier en Wallonie et deuxième à Bruxelles tandis le président de DéFI, Olivier Maingain, est premier à Bruxelles et deuxième en Wallonie. Le vice-Premier ministre MR, Didier Reynders, est troisième dans les deux Régions.

En Flandre, le président de la N-VA, Bart De Wever, est premier suivi du secrétaire d'Etat Theo Francken et du Premier ministre Charles Michel (MR).

Le sondage a été réalisé du 27 novembre au 4 décembre. La marge d'erreur maximale est de 3,1% en Wallonie et en Flandre, et de 4,2% à Bruxelles.

Même s'ils ne parviennent pas à retrouver leur score électoral de 2014, le MR et le PS se disputent la première place en Wallonie et à Bruxelles. Les libéraux occupent la tête du classement des intentions de vote au sud du pays avec 22,1%, selon un sondage RTL-Le Soir réalisé par Ipsos et publié vendredi soir. Les socialistes sont deuxièmes avec 19,5% (contre 32% au dernier scrutin) talonnés par le PTB à 18,9%. A Bruxelles, la situation est inversée. Le PS se redresse un peu mais ne recueille plus que 17,6% des intentions contre 16,5% pour le MR.Le CDH semble franchir une nouvelle étape dans son érosion. Les démocrates humanistes ne recueillent plus que 5% des intentions à Bruxelles et 8,3% en Wallonie. La nouvelle et très courte majorité qu'ils ont constituée avec le MR ne tiendrait déjà plus si des élections avaient lieu demain. Les partis dits non traditionnels se portent mieux. DéFI talonne les libéraux à Bruxelles avec 15,8% des intentions et progresse en Wallonie avec 6,5%. A la troisième place, le PTB est dans la roue du PS en Wallonie tandis qu'Ecolo occupe une quatrième place plus modeste avec 11%. La coalition de gauche rêvée par la FGTB serait à un fifrelin des 50%. A Bruxelles, la situation est plus contrastée. Ecolo récolte 12,8% des intentions et le PTB 7,9%. En Flandre, la N-VA occupe toujours la première place loin derrière ses concurrents mais passe tout de même en-dessous de 30% des intentions de vote, à 29,5%. Le CD&V est deuxième avec 14,1%. Groen progresse et décroche la troisième place avec 13,2% suivi de l'Open Vld avec 12,2%. Pour le sp.a, c'est la douche froide: les socialistes du nord ne recueillent plus que 10,9% talonnés par le Vlaams Belang à 10,4%. Le PTB-PvdA franchit de justesse le seuil de 5%. Au rayon popularité, l'ex-ministre-président wallon Paul Magnette (PS) est premier en Wallonie et deuxième à Bruxelles tandis le président de DéFI, Olivier Maingain, est premier à Bruxelles et deuxième en Wallonie. Le vice-Premier ministre MR, Didier Reynders, est troisième dans les deux Régions. En Flandre, le président de la N-VA, Bart De Wever, est premier suivi du secrétaire d'Etat Theo Francken et du Premier ministre Charles Michel (MR). Le sondage a été réalisé du 27 novembre au 4 décembre. La marge d'erreur maximale est de 3,1% en Wallonie et en Flandre, et de 4,2% à Bruxelles.