Les médecins assistants candidats spécialistes (Macs) dénoncent la convention de travail proposée par les fédérations hospitalières en commission paritaire médecins-hôpitaux. Ils réclament de vrais contrats de travail, un calcul des horaires et des heures supplémentaires plus juste et une protection en cas d'arrêt maladie. Une action a déjà eu lieu le 29 avril dernier et un préavis de grève a été déposé pour jeudi, le 20 mai. Une nouvelle réunion dans le cadre de la commission paritaire est programmée demain/mercredi. Interrogé mardi à la Chambre, Frank Vandenbroucke a rappelé son intention de libérer des moyens supplémentaires afin de faciliter la conclusion d'un accord avec les fédérations hospitalières, au-delà des 10 millions d'euros prévus dans l'accord médico-mutualiste. "Les négociations ont atteint une vitesse de croisière", a-t-il assuré, appelant les acteurs autour de la table à "prendre leur responsabilité" et avoir "l'ambition d'y arriver", avec le 1er août comme date-butoir. Cette réponse, qui reprenait pour l'essentiel des propos déjà tenus en plénière le 26 avril dernier a laissé plusieurs députés sur leur faim. "Il serait utile que vous lanciez un appel à vous-même", a ironisé Catherine Fonck (cdH). "Le 1er août me semble beaucoup trop loin. Soyez dans une autre posture que de dire 'c'est possible, il faut y mettre les moyens'. Impliquez-vous personnellement". "Je ne vous remercie pas pour votre réponse. Je suis extrêmement déçue", a renchéri Sophie Rohonyi (DéFI). "Nous ne savons pas quels sont les moyens financiers prévus. On en reste à des effets d'annonce. Je ne sais pas si vous avez conscience que cette grève aura un impact sur les patients!" "Votre réponse est très prudente, c'est surprenant", a de son côté observé Sofie Merckx (PTB). Dans la majorité, Hervé Rigot (PS) a qualifié la réponse du ministre de "pour le moins défensive". "J'espérais un peu plus de perspectives". "Il n'y a pas eu d'amélioration significative depuis des années!", a rappelé Laurence Hennuy (Ecolo). "La brièveté de la réponse n'est pas proportionnelle à la hauteur de l'ambition", a toutefois souligné Daniel Bacquelaine (MR). (Belga)

Les médecins assistants candidats spécialistes (Macs) dénoncent la convention de travail proposée par les fédérations hospitalières en commission paritaire médecins-hôpitaux. Ils réclament de vrais contrats de travail, un calcul des horaires et des heures supplémentaires plus juste et une protection en cas d'arrêt maladie. Une action a déjà eu lieu le 29 avril dernier et un préavis de grève a été déposé pour jeudi, le 20 mai. Une nouvelle réunion dans le cadre de la commission paritaire est programmée demain/mercredi. Interrogé mardi à la Chambre, Frank Vandenbroucke a rappelé son intention de libérer des moyens supplémentaires afin de faciliter la conclusion d'un accord avec les fédérations hospitalières, au-delà des 10 millions d'euros prévus dans l'accord médico-mutualiste. "Les négociations ont atteint une vitesse de croisière", a-t-il assuré, appelant les acteurs autour de la table à "prendre leur responsabilité" et avoir "l'ambition d'y arriver", avec le 1er août comme date-butoir. Cette réponse, qui reprenait pour l'essentiel des propos déjà tenus en plénière le 26 avril dernier a laissé plusieurs députés sur leur faim. "Il serait utile que vous lanciez un appel à vous-même", a ironisé Catherine Fonck (cdH). "Le 1er août me semble beaucoup trop loin. Soyez dans une autre posture que de dire 'c'est possible, il faut y mettre les moyens'. Impliquez-vous personnellement". "Je ne vous remercie pas pour votre réponse. Je suis extrêmement déçue", a renchéri Sophie Rohonyi (DéFI). "Nous ne savons pas quels sont les moyens financiers prévus. On en reste à des effets d'annonce. Je ne sais pas si vous avez conscience que cette grève aura un impact sur les patients!" "Votre réponse est très prudente, c'est surprenant", a de son côté observé Sofie Merckx (PTB). Dans la majorité, Hervé Rigot (PS) a qualifié la réponse du ministre de "pour le moins défensive". "J'espérais un peu plus de perspectives". "Il n'y a pas eu d'amélioration significative depuis des années!", a rappelé Laurence Hennuy (Ecolo). "La brièveté de la réponse n'est pas proportionnelle à la hauteur de l'ambition", a toutefois souligné Daniel Bacquelaine (MR). (Belga)