Juste avant les vacances d'été, le PrMichel Deneyer, vice-président néerlandophone de l'Ordre des médecins et Dirk Van Duppen, généraliste à la maison médicale de Médecine pour le peuple à Deurne, livrent une information spectaculaire. Une communication qu'ils souhaitent concertée.
...

Juste avant les vacances d'été, le PrMichel Deneyer, vice-président néerlandophone de l'Ordre des médecins et Dirk Van Duppen, généraliste à la maison médicale de Médecine pour le peuple à Deurne, livrent une information spectaculaire. Une communication qu'ils souhaitent concertée."Après la publication dans le journal du Médecin, nous arrêterons directement notre grève des paiements", annonce le Dr Van Duppen. De son côté, le Pr Deneyer est très satisfait de voir que le "club est à nouveau complet et que les médecins de Médecine pour le peuple font dorénavant à nouveau partie de la profession."Cette réunification ne s'est pas faite sans difficulté. Le fossé était profond. Une première ouverture avait été faite en octobre 2014. Michel Bafort, à l'époque président du Conseil provincial de l'Ordre de Flandre orientale, avait fait un remarquable 'mea culpa' lors de la cérémonie organisée pour les jubilaires et les nouveaux diplômés. Il reconnaissait que l'Ordre avait commis des erreurs pendant cette dispute avec Médecine pour le peuple et avait présenté des excuses. Il avait déclaré que l'Ordre était partie prenante pour des réformes fondamentales.Des propos conciliants qui avaient fait plaisir aux responsables de Médecine pour le peuple. Leurs positions sociétales sont bien connues. Pour les médecins, "la motivation intrinsèque" est plus importante que l'argent. Le paiement à l'acte a des mauvais côtés et il est souhaitable de passer à une certaine forfaitarisation de la médecine. Cela concerne également les revenus.Le Dr Van Duppen veut d'ailleurs plafonner les revenus des médecins spécialistes en les calquant sur le salaire maximum d'un professeur d'université dans un hôpital universitaire. Il avait défendu cette opinion en janvier 2015 dans une tribune publiée dans le journal flamand De Standaard.Selon le Dr Van Duppen, "Michel Bafort pouvait se retrouver dans ces propos". "La concurrence entre les spécialistes et la pression que met le sous-financement structurel des hôpitaux sur les médecins pour prester plus ou réclamer des suppléments poussent de nombreux confrères au burn-out, à la consommation de drogues et même au suicide." L'Ordre a lancé l'initiative "Médecins en difficulté" pour répondre à cette problématique. Cette initiative a contribué au rapprochement entre l'Ordre et Médecine pour le peuple et à l'établissement d'un "véritable dialogue".Le nouveau Code, un changement de paradigmeA côté de la structure "Médecins en difficultés", le nouveau code de déontologie "étonnamment positif", publié au printemps 2018, à été également un facteur de rapprochement capital entre l'Ordre des médecins et Médecine pour le peuple.Geert Verrijken