Theresa May mesure la "frustration" des électeurs à la déroute infligée à son parti lors des élections locales de jeudi: les Tories ont perdu plus d'un élu sur quatre sur l'ensemble des sièges remis en jeu, son pire résultat depuis 24 ans. Mais l'opposition travailliste, incapable d'en profiter, a également perdu plusieurs dizaines d'élus, quand elle s'attendait à reconquérir certains sièges. "Au leader de l'opposition, je dis ceci: écoutons ce que les électeurs ont exprimé lors des élections locales et mettons nos différences de côté pour le moment. Trouvons un accord", conclut la dirigeante conservatrice. Le gouvernement est engagé depuis avril dans des discussions avec le Labour pour tenter de trouver un compromis sur le Brexit afin de sortir de l'impasse créée par le rejet, à la Chambre des communes, de tous les scénarios permettant de concrétiser le Brexit. Les discussions entre l'exécutif et l'opposition, qualifiées de "sérieuses" par Theresa May, doivent reprendre mardi. Elles ont régulièrement buté sur la question d'une union douanière avec l'UE, défendue par les travaillistes pour maintenir la fluidité des échanges et des relations étroites avec les 27, mais rejetée par les conservateurs afin de retrouver une politique commerciale autonome vis-à-vis des pays tiers. Selon le Sunday Times, Theresa May serait sur le point de proposer "trois concessions majeures" à Jeremy Corbyn pour trouver un compromis, dont la mise en place d'une union douanière avec l'UE jusqu'au prochaines élections législatives, prévues en 2022. Les deux autres concessions porteraient sur un alignement de la réglementation britannique sur les textes européens concernant les droits des travailleurs et sur les normes encadrant certaines marchandises. Cette perspective a déjà suscité des réactions courroucées de la part d'élus conservateurs, pour qui la sortie de l'union douanière n'est pas négociable. (Belga)