"Ils sont venus vers 04h00 et ont réveillé ma femme, mes enfants ainsi que tout le quartier", a expliqué M. Prévot. "Ils ont lancé des cailloux, balancé de la farine, fait exploser des pétards et mis du spray sur la devanture de notre maison, tout en hurlant des messages confus" "La seule demande intelligible qu'ils ont formulée quand je suis descendu et que j'ai pu comprendre était l'instauration d'un référendum d'initiative citoyenne", a-t-il ajouté. "Vous pensez vraiment que c'est en agissant de la sorte que vous obtiendrez plus d'écoute ? ", a-t-il lancé à ses détracteurs, non sans rappeler qu'aucun dialogue n'avait été sollicité en amont. Plusieurs photos publiées par l'élu sur sa page Facebook montrent des dégradations. On peut aussi y voir des panneaux plantés dans son jardin avec des slogans comme "Pas de transparence, pas de démocratie", "Le RIC, pas la N-VA", ou encore "Le parc Léopold, pas un règlement anti-mendiants". M. Prévot n'a toutefois l'intention de porter plainte. "Les dégradations ne sont pas irréversibles et ne nécessiteront pas l'intervention de corps de métier", a-t-il expliqué. "Qui plus est, je ne suis pas capable de les identifier". Je ne veux pas faire perdre du temps à la police, qui a bien d'autres choses plus importantes à faire", a-t-il conclu. (Belga)

"Ils sont venus vers 04h00 et ont réveillé ma femme, mes enfants ainsi que tout le quartier", a expliqué M. Prévot. "Ils ont lancé des cailloux, balancé de la farine, fait exploser des pétards et mis du spray sur la devanture de notre maison, tout en hurlant des messages confus" "La seule demande intelligible qu'ils ont formulée quand je suis descendu et que j'ai pu comprendre était l'instauration d'un référendum d'initiative citoyenne", a-t-il ajouté. "Vous pensez vraiment que c'est en agissant de la sorte que vous obtiendrez plus d'écoute ? ", a-t-il lancé à ses détracteurs, non sans rappeler qu'aucun dialogue n'avait été sollicité en amont. Plusieurs photos publiées par l'élu sur sa page Facebook montrent des dégradations. On peut aussi y voir des panneaux plantés dans son jardin avec des slogans comme "Pas de transparence, pas de démocratie", "Le RIC, pas la N-VA", ou encore "Le parc Léopold, pas un règlement anti-mendiants". M. Prévot n'a toutefois l'intention de porter plainte. "Les dégradations ne sont pas irréversibles et ne nécessiteront pas l'intervention de corps de métier", a-t-il expliqué. "Qui plus est, je ne suis pas capable de les identifier". Je ne veux pas faire perdre du temps à la police, qui a bien d'autres choses plus importantes à faire", a-t-il conclu. (Belga)