Le juge Claudio Paris a lu les verdicts rendus à l'encontre de 91 accusés dans l'immense salle d'audience de la ville de Lamezia Terme (Calabre, sud), où a lieu depuis janvier un "maxi-procès", celui de centaines de membres présumés du syndicat du crime organisé 'Ndrangheta et leurs collaborateurs. 355 accusés doivent encore y être jugés, la procédure devant durer deux ans ou plus. Les enquêtes ont pris plusieurs années et ont culminé avec des raids effectués avant l'aube en décembre 2019. Les 91 personnes qui viennent d'être condamnées avaient opté pour un procès rapide, à huis clos, qui leur permettait, en cas de condamnation, de voir leur peine amputée d'un tiers. Le célèbre procureur antimafia Nicola Gratteri - que ses efforts pour vaincre la 'Ndrangheta ont contraint à vivre sous protection policière pendant plus de 30 ans - a déclaré que tout s'était "très bien" passé samedi. "Sur 91 accusés, 70 innocents présumés ont été condamnés", a-t-il déclaré à l'agence de presse italienne AdnKronos, ajoutant que les personnes acquittées étaient des acteurs mineurs. Certains des plus dangereux d'entre eux se sont vu infliger la peine maximale de 20 ans requise par les procureurs. Il s'agit notamment de Domenico Macri, de la branche militaire du groupe, de Pasquale Gallone, le bras droit du chef présumé de la mafia Luigi Mancuso, dont le procès est toujours en cours, et de Gregorio Niglia, qui avait en particulier pour rôle de se procurer des armes et de se livrer à des extorsions. Environ un tiers de ce groupe a été condamné à des peines de dix ans ou plus et 21 personnes ont été acquittées, a dit M. Gratteri. La 'Ndrangheta, retranchée dans la région la plus pauvre d'Italie, la Calabre, contrôle la majeure partie du flux de cocaïne qui entre en Europe. (Belga)

Le juge Claudio Paris a lu les verdicts rendus à l'encontre de 91 accusés dans l'immense salle d'audience de la ville de Lamezia Terme (Calabre, sud), où a lieu depuis janvier un "maxi-procès", celui de centaines de membres présumés du syndicat du crime organisé 'Ndrangheta et leurs collaborateurs. 355 accusés doivent encore y être jugés, la procédure devant durer deux ans ou plus. Les enquêtes ont pris plusieurs années et ont culminé avec des raids effectués avant l'aube en décembre 2019. Les 91 personnes qui viennent d'être condamnées avaient opté pour un procès rapide, à huis clos, qui leur permettait, en cas de condamnation, de voir leur peine amputée d'un tiers. Le célèbre procureur antimafia Nicola Gratteri - que ses efforts pour vaincre la 'Ndrangheta ont contraint à vivre sous protection policière pendant plus de 30 ans - a déclaré que tout s'était "très bien" passé samedi. "Sur 91 accusés, 70 innocents présumés ont été condamnés", a-t-il déclaré à l'agence de presse italienne AdnKronos, ajoutant que les personnes acquittées étaient des acteurs mineurs. Certains des plus dangereux d'entre eux se sont vu infliger la peine maximale de 20 ans requise par les procureurs. Il s'agit notamment de Domenico Macri, de la branche militaire du groupe, de Pasquale Gallone, le bras droit du chef présumé de la mafia Luigi Mancuso, dont le procès est toujours en cours, et de Gregorio Niglia, qui avait en particulier pour rôle de se procurer des armes et de se livrer à des extorsions. Environ un tiers de ce groupe a été condamné à des peines de dix ans ou plus et 21 personnes ont été acquittées, a dit M. Gratteri. La 'Ndrangheta, retranchée dans la région la plus pauvre d'Italie, la Calabre, contrôle la majeure partie du flux de cocaïne qui entre en Europe. (Belga)