Il y avait déjà eu les suspicions d'espionnage de certains membres de l'Exécutif des musulmans de Belgique au profit du Maroc, les accusations d'irrégularités portées devant le tribunal de l'entreprise de Bruxelles par des membres mécontents de l'EMB et, selon la Sûreté de l'Etat, "la propagation d'idées extrémistes" dans le chef d'un imam d'une mosquée limbourgeoise des Millî Görüs (Frères musulmans turcs) dont le président de l'EMB...

Il y avait déjà eu les suspicions d'espionnage de certains membres de l'Exécutif des musulmans de Belgique au profit du Maroc, les accusations d'irrégularités portées devant le tribunal de l'entreprise de Bruxelles par des membres mécontents de l'EMB et, selon la Sûreté de l'Etat, "la propagation d'idées extrémistes" dans le chef d'un imam d'une mosquée limbourgeoise des Millî Görüs (Frères musulmans turcs) dont le président de l'EMB est administrateur. Le Gerfa (Groupe d'étude et de réforme de la fonction administrative) a déniché une autre perle, qui ternit aussi bien l'image de l'organe chef de culte musulman que celle de la Fédération Wallonie-Bruxelles. En effet, le Conseil d'Etat vient de recaler une décision de la ministre de l'Education, Caroline Désir (PS), avalisant celle, irrégulière, de l'EMB de ne pas accorder son visa aux candidats à l'épreuve d'admission pour la formation initiale qui donne accès aux fonctions très recherchées d'inspecteur de religion dans l'enseignement primaire. L'EMB n'aurait pas été en mesure d'examiner tous les dossiers de candidature dans le délai imparti, s'était-il justifié. La FWB a considéré - à tort - que l'autorité religieuse était indépendante, au point de se soustraire à son obligation de motiver ses refus. Selon la candidate évincée qui s'est portée devant le Conseil d'Etat, il s'agissait ni plus ni moins d'une manoeuvre destinée à laisser en place l'inspecteur f.f. Salah Echallaoui, ancien vice-président de l'EMB, lequel n'était pas dans les conditions pour déposer sa candidature. C'est là que les choses se corsent, car Salah Echallaoui, accusé fin 2020 par le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open VLD), d'être un agent marocain, passe aussi pour être un soutien assez ostensible du PS, notamment à Bruxelles. Politisation et clientélisme, le Gerfa ne pouvait pas le rater. Après cette piteuse affaire, la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé de reconvoquer tous les candidats. Sur un pied d'égalité. M.-C.R.