Matthias Schoenaerts a travaillé sur le graffiti sous son pseudonyme "Zenith" en collaboration avec l'artiste Larsen Bervoets ainsi que plusieurs détenus. L'?uvre, très colorée, représente notamment deux mains en position de prière, des formes géométriques et un poème. "Cette initiative ne pouvait arriver à un meilleur moment", souligne le directeur général des établissements pénitentiaires, Rudy Van De Voorde, alors que la pandémie de coronavirus prive bon nombre de détenus de perspectives d'avenir. Pour le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, le travail de Matthias Schoenaerts est notamment une invitation aux détenus à rechercher leurs propres talents créatifs. (Belga)

Matthias Schoenaerts a travaillé sur le graffiti sous son pseudonyme "Zenith" en collaboration avec l'artiste Larsen Bervoets ainsi que plusieurs détenus. L'?uvre, très colorée, représente notamment deux mains en position de prière, des formes géométriques et un poème. "Cette initiative ne pouvait arriver à un meilleur moment", souligne le directeur général des établissements pénitentiaires, Rudy Van De Voorde, alors que la pandémie de coronavirus prive bon nombre de détenus de perspectives d'avenir. Pour le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, le travail de Matthias Schoenaerts est notamment une invitation aux détenus à rechercher leurs propres talents créatifs. (Belga)