M. Bouachrine, patron du quotidien indépendant Akhbar al-Yaoum, avait été condamné à 12 ans de prison ferme pour "traite d'êtres humains", "abus de pouvoir à des fins sexuelles", "viol et tentative de viol" en première instance, en novembre 2018. Début octobre, le représentant du parquet avait demandé aux juges de la cour d'appel de le condamner à 20 ans de prison assortis d'une amende d'un million de dirhams (environ 90.000 euros). Le journaliste a boycotté les dernières audiences de son procès pour dénoncer ce qu'il considère comme un parti pris de la justice. Il a cependant tenu à exercer son droit de parole vendredi en se disant à nouveau innocent et en espérant une sentence "juste". La sentence de la cour d'appel de Casablanca a été prononcée après sept heures de délibéré, devant quelques avocats et journalistes, avant que l'homme de presse ne soit emmené en prison. Arrêté en février 2018, le quinquagénaire est depuis incarcéré à la prison de Casablanca. (Belga)