Le groupe comptait 37 jeunes, majoritairement des jeunes filles, venues travailler bénévolement pendant leurs vacances au terrassement d'une voie d'accès dans le village d'Adar, près de Taroudant (sud du Maroc). Un jeune instituteur marocain a protesté contre le fait qu'elles travaillaient en short et a appelé sur les réseaux sociaux à les décapiter. Un député marocain a pour sa part dénoncé leur tenue "légère".

"Nous avons reçu le conseil de ne pas envoyer de nouveaux groupes au Maroc. Nous allons suivre cet avis et nous avons décidé d'annuler tous les camps suivants au Maroc", a annoncé l'association flamande Bouworde sur son site internet.

Ses responsables ont précisé avoir reçu "l'assurance que la sécurité des volontaires qui sont encore au Maroc est assurée par le gouvernement marocain, entre autres par la présence de la gendarmerie".

"Cependant, nous comprenons parfaitement que certains des participants souhaitent revenir plus tôt. Pour l'instant, 3 des 37 jeunes qui sont actuellement au Maroc souhaitent profiter de cette opportunité. Bouworde fera tout ce qui est nécessaire pour organiser le retour", ont-ils indiqué.

L'instituteur marocain a été arrêté et va être poursuivi pour "incitation à des actes terroristes", a indiqué la Sûreté marocaine.

Son appel à la décapitation a rappelé l'assassinat de deux touristes scandinaves perpétré en 2018 par des Marocains radicalisés au nom du groupe jihadiste Etat islamique.

L'association Bouworde organise des voyages de volontariat sur différents projets en Afrique, en Asie, en Europe et en Amérique latine pour les jeunes de 15 à 30 ans. "Un camp de construction est une combinaison unique de vacances pour la jeunesse, de voyage de groupe et de travail bénévole", précise-t-elle.

Les menaces proférées contre les jeunes bénévoles belges ont suscité des réactions indignées dans la presse marocaine et sur les réseaux sociaux.

Plusieurs médias, dont la télévision publique Med1 TV, ont relayé un appel à manifester en short samedi sur une plage de Casablanca, pour "envoyer un message aux obscurantistes qui veulent nous imposer la pensée extrême et détruire l'image de notre pays". Une initiative lancée par une page Facebook intitulée "Yes we short", après une pétition "Tous en short" qui a recueilli plus de 1.000 signatures, dont celles d'une cinquantaine de personnalités marocaines.

La page "Yes we short" appelle aussi les Marocains à envoyer un bouquet de fleurs avec un mot de remerciements à l'association belge.