L'enlèvement de l'ancien vernis et des surpeints a permis de dater l'oeuvre de l'année 1563 et non 1561, ce qui ne va pas sans poser de nouvelles questions. Le peintre s'est en effet vraisemblablement marié en 1563 et son installation à Bruxelles date également de cette année-là. Le tableau qui appartient au musée Mayer Van den Bergh d'Anvers fait actuellement l'objet d'une profonde restauration à l'aide des techniques les plus modernes en vue du 450e anniversaire de la mort de Breughel l'Ancien que l'on s'apprête à commémorer en 2019. Le résultat est un tableau qui montre plus de profondeur, de détails et des couleurs plus raffinées. L'oeuvre sera d'abord exposée à Vienne dans le cadre de la rétrospective consacrée au peintre flamand par le Kunsthistoriches Museum avant de revenir en 2019 à Anvers. (Belga)

L'enlèvement de l'ancien vernis et des surpeints a permis de dater l'oeuvre de l'année 1563 et non 1561, ce qui ne va pas sans poser de nouvelles questions. Le peintre s'est en effet vraisemblablement marié en 1563 et son installation à Bruxelles date également de cette année-là. Le tableau qui appartient au musée Mayer Van den Bergh d'Anvers fait actuellement l'objet d'une profonde restauration à l'aide des techniques les plus modernes en vue du 450e anniversaire de la mort de Breughel l'Ancien que l'on s'apprête à commémorer en 2019. Le résultat est un tableau qui montre plus de profondeur, de détails et des couleurs plus raffinées. L'oeuvre sera d'abord exposée à Vienne dans le cadre de la rétrospective consacrée au peintre flamand par le Kunsthistoriches Museum avant de revenir en 2019 à Anvers. (Belga)