Ces poursuites pénales visent Amplify Energy, société texane exploitant cet oléoduc situé au large de Huntington Beach, et deux de ses filiales (Beta Operating Co. et San Pedro Bay Pipeline Co.), selon le communiqué du procureur. Les autorités leur reprochent notamment de ne pas avoir réagi correctement au déclenchement d'alarmes alertant sur une fuite de pétrole, qui avaient retenti à huit reprises en l'espace de 13 heures. Malgré ces alarmes, ils ont à plusieurs reprises remis l'installation en marche, alors qu'ils n'auraient pas dû, affirme le communiqué. "L'oléoduc, qui était utilisé pour acheminer du pétrole brut depuis différentes plateformes vers une usine de transformation à Long Beach, a commencé à fuir dans l'après-midi du 1er octobre. Mais les accusés ont continué à faire fonctionner l'oléoduc endommagé, par intermittence, jusqu'au lendemain matin", écrivent les services du procureur. Conséquence de ce "comportement négligent", environ 95.000 litres de pétrole brut se sont échappés au large de Huntington Beach, dans les eaux fédérales, ajoutent-ils. Par ailleurs, les employés de l'entreprise n'avaient pas reçu de formation adéquate pour utiliser le système de détection des fuites et "les effectifs étaient insuffisants et fatigués". En tant que personnes morales, les entreprises poursuivies encourent une peine de cinq ans de mise à l'épreuve et plusieurs millions de dollars d'amendes, précise le communiqué. La marée noire provoquée par la fuite de l'oléoduc avait touché 24 km de littoral entre Huntington Beach et Laguna Beach, célèbres plages au sud de Los Angeles connues autant pour leurs surfeurs que pour leurs dauphins. Des inspections sous-marines ont révélé qu'un important segment de l'oléoduc avait été déplacé, et détecté une déchirure d'une trentaine de centimètres dans le tuyau. Les enquêteurs estiment que ces dégâts ont pu être provoqués par l'ancre d'un navire, vraisemblablement l'un des nombreux cargos qui patientent parfois des jours au large avant de pouvoir accoster dans les ports de Los Angeles et de Long Beach, parmi les plus actifs du monde. La catastrophe d'octobre a relancé le débat sur la présence de plateformes pétrolières à seulement quelques kilomètres des côtes de Californie du Sud, densément peuplées. Au total, 23 plateformes pétrolières et gazières sont installées dans les eaux fédérales de la région. (Belga)

Ces poursuites pénales visent Amplify Energy, société texane exploitant cet oléoduc situé au large de Huntington Beach, et deux de ses filiales (Beta Operating Co. et San Pedro Bay Pipeline Co.), selon le communiqué du procureur. Les autorités leur reprochent notamment de ne pas avoir réagi correctement au déclenchement d'alarmes alertant sur une fuite de pétrole, qui avaient retenti à huit reprises en l'espace de 13 heures. Malgré ces alarmes, ils ont à plusieurs reprises remis l'installation en marche, alors qu'ils n'auraient pas dû, affirme le communiqué. "L'oléoduc, qui était utilisé pour acheminer du pétrole brut depuis différentes plateformes vers une usine de transformation à Long Beach, a commencé à fuir dans l'après-midi du 1er octobre. Mais les accusés ont continué à faire fonctionner l'oléoduc endommagé, par intermittence, jusqu'au lendemain matin", écrivent les services du procureur. Conséquence de ce "comportement négligent", environ 95.000 litres de pétrole brut se sont échappés au large de Huntington Beach, dans les eaux fédérales, ajoutent-ils. Par ailleurs, les employés de l'entreprise n'avaient pas reçu de formation adéquate pour utiliser le système de détection des fuites et "les effectifs étaient insuffisants et fatigués". En tant que personnes morales, les entreprises poursuivies encourent une peine de cinq ans de mise à l'épreuve et plusieurs millions de dollars d'amendes, précise le communiqué. La marée noire provoquée par la fuite de l'oléoduc avait touché 24 km de littoral entre Huntington Beach et Laguna Beach, célèbres plages au sud de Los Angeles connues autant pour leurs surfeurs que pour leurs dauphins. Des inspections sous-marines ont révélé qu'un important segment de l'oléoduc avait été déplacé, et détecté une déchirure d'une trentaine de centimètres dans le tuyau. Les enquêteurs estiment que ces dégâts ont pu être provoqués par l'ancre d'un navire, vraisemblablement l'un des nombreux cargos qui patientent parfois des jours au large avant de pouvoir accoster dans les ports de Los Angeles et de Long Beach, parmi les plus actifs du monde. La catastrophe d'octobre a relancé le débat sur la présence de plateformes pétrolières à seulement quelques kilomètres des côtes de Californie du Sud, densément peuplées. Au total, 23 plateformes pétrolières et gazières sont installées dans les eaux fédérales de la région. (Belga)