"Il est possible de faire affaire à Cuba, comme le prouvent les exemples de NMC ou de BDC, ainsi que les réformes économiques en cours, au port de Mariel entre autres. Mais les effets de l'embargo, notamment sur le système bancaire, constituent un problème majeur: obtenir du crédit bancaire interne relève de l'exploit, trop d'investisseurs doivent agir sur fonds propres, ça limite nécessairement la capacité d'investissement et de développement des affaires". Le ministre PS dit avoir perçu le développement d'une sorte de classe moyenne sur l'île castriste. "On a eu le sentiment d'une volonté d'aller plus loin dans les réformes, et que tout cela est long", a-t-il ajouté, après plusieurs rencontres avec les ministres cubains de l'Économie, de l'Enseignement supérieur, ou encore de la Science et la Technologie. "Le jour où l'embargo sera levé, il y aura une déferlante. C'est donc maintenant qu'il faut venir, car c'est dans la difficulté que les amis se reconnaissent". Le ministre souligne la bonne image dont bénéficie la Belgique à Cuba depuis de nombreuses années, indépendamment des coalitions qui ont été au pouvoir au gouvernement fédéral. (Belga)

"Il est possible de faire affaire à Cuba, comme le prouvent les exemples de NMC ou de BDC, ainsi que les réformes économiques en cours, au port de Mariel entre autres. Mais les effets de l'embargo, notamment sur le système bancaire, constituent un problème majeur: obtenir du crédit bancaire interne relève de l'exploit, trop d'investisseurs doivent agir sur fonds propres, ça limite nécessairement la capacité d'investissement et de développement des affaires". Le ministre PS dit avoir perçu le développement d'une sorte de classe moyenne sur l'île castriste. "On a eu le sentiment d'une volonté d'aller plus loin dans les réformes, et que tout cela est long", a-t-il ajouté, après plusieurs rencontres avec les ministres cubains de l'Économie, de l'Enseignement supérieur, ou encore de la Science et la Technologie. "Le jour où l'embargo sera levé, il y aura une déferlante. C'est donc maintenant qu'il faut venir, car c'est dans la difficulté que les amis se reconnaissent". Le ministre souligne la bonne image dont bénéficie la Belgique à Cuba depuis de nombreuses années, indépendamment des coalitions qui ont été au pouvoir au gouvernement fédéral. (Belga)