"On est plus chaud que le climat", scandent les manifestants, qui une fois de plus réclament une véritable politique climatique. Banderoles et pancartes sont brandies en nombre par les jeunes mobilisés en faveur de l'environnement. Les drapeaux belge et européen flottent en tête du cortège.

"Aucun parti n'est crédible s'il n'applique pas une politique pour le climat", explique Piero Amant, un membre du mouvement Génération Climat, ajoutant que les actions se poursuivront jusqu'aux élections prévues le 26 mai prochain. "Il y a une loi Climat qui est en train de passer au Parlement et, pour l'instant, des partis flamands sont en train de la bloquer parce qu'ils ne veulent pas la signer... Mais, il faut deux tiers du Parlement pour cette loi qui est indispensable, même si elle est insuffisante."

Des manifestants, c'est une vision à long terme qui est exigée. "Ceux qui vivent maintenant, ne pensent qu'à eux, mais il faudrait penser aux générations futures", estime un jeune de 17 ans. "Ils ne voient que leurs intérêts à court terme. Ils ne pensent qu'au présent, alors que même nous, on pense déjà aux générations suivantes, à nos enfants, à nos petits-enfants. Nous, on voit loin."

10.000 manifestants à Louvain, 600 à Anvers, 1.000 à Courtrai

BELGA
© BELGA

La police comptabilisait jeudi en milieu de journée environ 10.000 manifestants rassemblés dans le centre de Louvain pour le nouveau "jeudi pour le climat". Toutes les écoles secondaires de la ville brabançonne soutiennent la marche. Quelques centaines de jeunes supplémentaires étaient encore attendus en début d'après-midi, notamment depuis des écoles d'Heverlee. Vers 13h30, la marche a finalement débuté, avec plus de 10.000 participants, depuis la Ladeuzeplein.

La police de Louvain a visiblement été surprise par le succès de l'initiative, puisqu'elle a indiqué en début d'après-midi que le parcours prévu avait été modifié "vu l'affluence". Plutôt que de passer par la Tiensestraat après avoir traversé la Grand-Place, les manifestants emprunteront les Bondgenotenlaan et Koning Leopold I-straat avant de revenir sur la Ladeuzeplein. Dans l'attente du départ, des jeunes reprenant notamment la chanson "Iedereen is van de wereld", de The Scene, ont été observés sur la place.

Au moment de la mise en marche du cortège, les jeunes participants ont été applaudis par un groupe de parents et grands-parents, venus spécialement pour exprimer leur soutien. Beaucoup d'enfants semblent faire partie du cortège, qui compte aussi des écoliers francophones.

Quelques centaines de jeunes sont aussi descendus dans les rues d'Anvers jeudi matin. La police a estimé le nombre de participants à 600, le nombre le plus important dans cette ville. A Courtrai, 1.000 jeunes se sont rassemblés.

250 à Liège

Bien moins nombreux que jeudi dernier (15.000), les élèves poursuivent la mobilisation à Liège. Environ 250 jeunes, selon la police, se sont rassemblés ce jeudi sur le temps de midi en face de l'hôtel de la Cité ardnte pour à nouveau réclamer des mesures politiques fortes contre le changement climatique.

Le mouvement "Students for Climate Liège" fixe déjà rendez-vous à jeudi prochain, le 14 février à 09h00, à la gare des Guillemins afin de rejoindre la manifestation pour des mesures politiques ambitieuses à Bruxelles.

2.000 à Arlon

Quelque 2.000 jeunes, selon un chiffre avancé par l'organisation, ont participé jeudi à une marche pour le climat dans les rues du centre d'Arlon. A l'instar de ce qui a été organisé dans d'autres villes belges, cette marche a été portée par quatre adolescents fréquentant l'Institut Notre-Dame d'Arlon (INDA). Des élèves d'autres écoles de la région ont rejoint cette première marche du genre en province de Luxembourg.

"J'ai eu l'idée de lancer cela il y a deux semaines en découvrant les images de la marche à Bruxelles, je me suis dit que nous pourrions aussi organiser quelques chose à Arlon afin d'interpeller les politiques et les industriels", indique Augustin Henrard, élève de 3e secondaire à l'INDA. Un appel a été lancé sur les réseaux sociaux.

Finalement, il a mis cette marche sur pied avec trois autres adolescentes fréquentant la même école.

La direction a marqué son accord pour autoriser la participation des élèves à la marche moyennant autorisation des parents. Le bourgmestre d'Arlon a également autorisé la marche.

Le cortège s'est élancé sur le coup de 14h00 et était ouvert par les organisateurs portant un calicot sur lequel on pouvait lire "C'est du concret qui nous sauverait". D'autres pancartes étaient brandies par les jeunes participants avec des slogans comme "Quand c'est fondu, c'est foutu", "SOS Planète en détresse" ou "La fonte des glaces, oui mais donc mon Ice-Tea". La marche a reçu le soutien de parents et grands-parents. Des membres de la "Coalition Luxembourgeoise pour la Paix", regroupant des associations et mouvements d'éducation permanente, étaient aussi présents.

A La Haye

Au-delà des frontières de notre royaume, des milliers d'étudiants ont battu le pavé jeudi dans les rues de La Haye, aux Pays-Bas, pour réclamer davantage de mesures en faveur du climat. Entre 4.000 et 5.000 jeunes étaient présents, selon la police.

Les écoliers, principalement issus de l'enseignement secondaire, défilaient avec des banderoles sur lesquelles on pouvait lire: "Aidez le climat avant que le monde ne s'efface", "Thinking in solutions, not in pollution" (Pensez à des solutions, pas à la pollution, NDLR).

"On est plus chaud que le climat", scandent les manifestants, qui une fois de plus réclament une véritable politique climatique. Banderoles et pancartes sont brandies en nombre par les jeunes mobilisés en faveur de l'environnement. Les drapeaux belge et européen flottent en tête du cortège. "Aucun parti n'est crédible s'il n'applique pas une politique pour le climat", explique Piero Amant, un membre du mouvement Génération Climat, ajoutant que les actions se poursuivront jusqu'aux élections prévues le 26 mai prochain. "Il y a une loi Climat qui est en train de passer au Parlement et, pour l'instant, des partis flamands sont en train de la bloquer parce qu'ils ne veulent pas la signer... Mais, il faut deux tiers du Parlement pour cette loi qui est indispensable, même si elle est insuffisante." Des manifestants, c'est une vision à long terme qui est exigée. "Ceux qui vivent maintenant, ne pensent qu'à eux, mais il faudrait penser aux générations futures", estime un jeune de 17 ans. "Ils ne voient que leurs intérêts à court terme. Ils ne pensent qu'au présent, alors que même nous, on pense déjà aux générations suivantes, à nos enfants, à nos petits-enfants. Nous, on voit loin."La police comptabilisait jeudi en milieu de journée environ 10.000 manifestants rassemblés dans le centre de Louvain pour le nouveau "jeudi pour le climat". Toutes les écoles secondaires de la ville brabançonne soutiennent la marche. Quelques centaines de jeunes supplémentaires étaient encore attendus en début d'après-midi, notamment depuis des écoles d'Heverlee. Vers 13h30, la marche a finalement débuté, avec plus de 10.000 participants, depuis la Ladeuzeplein. La police de Louvain a visiblement été surprise par le succès de l'initiative, puisqu'elle a indiqué en début d'après-midi que le parcours prévu avait été modifié "vu l'affluence". Plutôt que de passer par la Tiensestraat après avoir traversé la Grand-Place, les manifestants emprunteront les Bondgenotenlaan et Koning Leopold I-straat avant de revenir sur la Ladeuzeplein. Dans l'attente du départ, des jeunes reprenant notamment la chanson "Iedereen is van de wereld", de The Scene, ont été observés sur la place. Au moment de la mise en marche du cortège, les jeunes participants ont été applaudis par un groupe de parents et grands-parents, venus spécialement pour exprimer leur soutien. Beaucoup d'enfants semblent faire partie du cortège, qui compte aussi des écoliers francophones.Quelques centaines de jeunes sont aussi descendus dans les rues d'Anvers jeudi matin. La police a estimé le nombre de participants à 600, le nombre le plus important dans cette ville. A Courtrai, 1.000 jeunes se sont rassemblés. Bien moins nombreux que jeudi dernier (15.000), les élèves poursuivent la mobilisation à Liège. Environ 250 jeunes, selon la police, se sont rassemblés ce jeudi sur le temps de midi en face de l'hôtel de la Cité ardnte pour à nouveau réclamer des mesures politiques fortes contre le changement climatique.Le mouvement "Students for Climate Liège" fixe déjà rendez-vous à jeudi prochain, le 14 février à 09h00, à la gare des Guillemins afin de rejoindre la manifestation pour des mesures politiques ambitieuses à Bruxelles.Quelque 2.000 jeunes, selon un chiffre avancé par l'organisation, ont participé jeudi à une marche pour le climat dans les rues du centre d'Arlon. A l'instar de ce qui a été organisé dans d'autres villes belges, cette marche a été portée par quatre adolescents fréquentant l'Institut Notre-Dame d'Arlon (INDA). Des élèves d'autres écoles de la région ont rejoint cette première marche du genre en province de Luxembourg. "J'ai eu l'idée de lancer cela il y a deux semaines en découvrant les images de la marche à Bruxelles, je me suis dit que nous pourrions aussi organiser quelques chose à Arlon afin d'interpeller les politiques et les industriels", indique Augustin Henrard, élève de 3e secondaire à l'INDA. Un appel a été lancé sur les réseaux sociaux. Finalement, il a mis cette marche sur pied avec trois autres adolescentes fréquentant la même école. La direction a marqué son accord pour autoriser la participation des élèves à la marche moyennant autorisation des parents. Le bourgmestre d'Arlon a également autorisé la marche. Le cortège s'est élancé sur le coup de 14h00 et était ouvert par les organisateurs portant un calicot sur lequel on pouvait lire "C'est du concret qui nous sauverait". D'autres pancartes étaient brandies par les jeunes participants avec des slogans comme "Quand c'est fondu, c'est foutu", "SOS Planète en détresse" ou "La fonte des glaces, oui mais donc mon Ice-Tea". La marche a reçu le soutien de parents et grands-parents. Des membres de la "Coalition Luxembourgeoise pour la Paix", regroupant des associations et mouvements d'éducation permanente, étaient aussi présents.Au-delà des frontières de notre royaume, des milliers d'étudiants ont battu le pavé jeudi dans les rues de La Haye, aux Pays-Bas, pour réclamer davantage de mesures en faveur du climat. Entre 4.000 et 5.000 jeunes étaient présents, selon la police.Les écoliers, principalement issus de l'enseignement secondaire, défilaient avec des banderoles sur lesquelles on pouvait lire: "Aidez le climat avant que le monde ne s'efface", "Thinking in solutions, not in pollution" (Pensez à des solutions, pas à la pollution, NDLR).