L'itinéraire est en cours de discussion avec les autorités. Le groupe souhaiterait pouvoir se rendre devant le cabinet du secrétaire d'État fédéral en charge de l'Asile et de la Migration Sammy Mahdi et devant le siège du PS. Le porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles Olivier Slosse confirme qu'une demande d'autorisation est en cours de traitement. Il est question d'un rassemblement rue Melsens et d'une arrivée sur le boulevard Pachéco. Le nom du collectif fait référence à la zone neutre établie à proximité de l'église du Béguinage par Sammy Mahdi pour nouer un dialogue avec les quelque 430 personnes sans-papiers qui ont observé une grève de la faim du 23 mai au 21 juillet. "Il y a eu des rumeurs parmi les sans-papiers qui croyaient qu'il y aurait une régularisation collective, mais cette zone neutre a été réservée aux grévistes", remarque Said Elouizi. "Il y a plus de 100.000 sans-papiers en Belgique et on ne veut pas les laisser tomber... Cette situation démontre que quelque chose cloche avec le fonctionnement de l'Office des Étrangers. (...) Nos camarades ont fait une grève de la faim et on les a soutenus. Maintenant, on continue à lutter". Le collectif a expliqué être constitué de quelque 250 personnes, parmi lesquelles des enfants. Une centaine d'adultes dorment sur place. Les occupants sont des migrants économiques qui se trouvent de longue date sur le territoire belge. Selon le porte-parole du groupe, deux d'entre eux sont depuis plus de 20 ans en Belgique. Ils viennent entre autres du Maroc, d'Algérie, de Tunisie, d'Egypte, de Guinée, du Sénégal, du Bangladesh et de Mauritanie. (Belga)

L'itinéraire est en cours de discussion avec les autorités. Le groupe souhaiterait pouvoir se rendre devant le cabinet du secrétaire d'État fédéral en charge de l'Asile et de la Migration Sammy Mahdi et devant le siège du PS. Le porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles Olivier Slosse confirme qu'une demande d'autorisation est en cours de traitement. Il est question d'un rassemblement rue Melsens et d'une arrivée sur le boulevard Pachéco. Le nom du collectif fait référence à la zone neutre établie à proximité de l'église du Béguinage par Sammy Mahdi pour nouer un dialogue avec les quelque 430 personnes sans-papiers qui ont observé une grève de la faim du 23 mai au 21 juillet. "Il y a eu des rumeurs parmi les sans-papiers qui croyaient qu'il y aurait une régularisation collective, mais cette zone neutre a été réservée aux grévistes", remarque Said Elouizi. "Il y a plus de 100.000 sans-papiers en Belgique et on ne veut pas les laisser tomber... Cette situation démontre que quelque chose cloche avec le fonctionnement de l'Office des Étrangers. (...) Nos camarades ont fait une grève de la faim et on les a soutenus. Maintenant, on continue à lutter". Le collectif a expliqué être constitué de quelque 250 personnes, parmi lesquelles des enfants. Une centaine d'adultes dorment sur place. Les occupants sont des migrants économiques qui se trouvent de longue date sur le territoire belge. Selon le porte-parole du groupe, deux d'entre eux sont depuis plus de 20 ans en Belgique. Ils viennent entre autres du Maroc, d'Algérie, de Tunisie, d'Egypte, de Guinée, du Sénégal, du Bangladesh et de Mauritanie. (Belga)