Cette manifestation surprise, pendant laquelle les policiers ont entonné la Marseillaise, se déroulait à l'issue d'une nouvelle journée de manifestations contre les violences policières et la veille d'une allocution de président de la République Emmanuel Macron. Vendredi, ce sont les syndicats de police qui ont descendu les Champs-Elysées pour exprimer leur colère envers le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et réclamer d'être reçus par Emmanuel Macron. Christophe Castaner a reçu vendredi les syndicats policiers très remontés depuis ses annonces lundi, notamment la fin de l'utilisation de la technique d'interpellation dite "d'étranglement". Devant les syndicalistes, Christophe Castaner avait reconnu en outre "une connerie", "une maladresse" de langage quand il a annoncé lundi la suspension de tout fonctionnaire en cas de "soupçon avéré" de racisme selon les syndicalistes Samedi, des milliers de personnes ont manifesté en France contre les violences policières. (Belga)

Cette manifestation surprise, pendant laquelle les policiers ont entonné la Marseillaise, se déroulait à l'issue d'une nouvelle journée de manifestations contre les violences policières et la veille d'une allocution de président de la République Emmanuel Macron. Vendredi, ce sont les syndicats de police qui ont descendu les Champs-Elysées pour exprimer leur colère envers le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et réclamer d'être reçus par Emmanuel Macron. Christophe Castaner a reçu vendredi les syndicats policiers très remontés depuis ses annonces lundi, notamment la fin de l'utilisation de la technique d'interpellation dite "d'étranglement". Devant les syndicalistes, Christophe Castaner avait reconnu en outre "une connerie", "une maladresse" de langage quand il a annoncé lundi la suspension de tout fonctionnaire en cas de "soupçon avéré" de racisme selon les syndicalistes Samedi, des milliers de personnes ont manifesté en France contre les violences policières. (Belga)