Cette mobilisation est portée conjointement par différents mouvements de sans-papiers parmi lesquels le collectif des travailleurs sans papiers et la maison des migrants. Le groupe s'est rassemblé à 14h00 sur la place communale de Molenbeek-Saint-Jean et s'est dispersé à compter de 15h15 à hauteur de la place du Nouveau Marché aux Grains à Bruxelles. La police a empêché les manifestants d'atteindre la Bourse, mais aucune violence n'a été rapportée. Un discours de fin a alors été prononcé avant dislocation. Les manifestants portaient tous des masques. Ils chantaient des slogans comme "On est tous des enfants d'immigrés" et arboraient différentes banderoles avec des messages appelant à la régularisation. "On trouve inconcevable que ce gouvernement fédéral Coronavirus n'entende pas les appels grandissants à la régularisation, qui viennent des communes, d'associations, d'avocats, de groupes de sans-papiers...", estime Abdelhak, porte-parole pour l'action. "Il fait preuve d'une surdité absolue, mais nos actions ne vont pas s'arrêter. La commune de Molenbeek-Saint-Jean vient d'adopter une motion favorable à la régularisation, après Forest, Saint-Gilles, Ixelles ou encore la promesse de Saint-Josse et le début de discussions à Anderlecht". Il explique que beaucoup de sans-papiers qui travaillaient au noir sont totalement démunis depuis la mise en confinement du pays à la mi-mars et ajoute que "régulariser les sans-papiers leur permettrait de bénéficier d'une protection sanitaire, non pas de la seule carte médicale qui est insuffisante sur la question du dépistage, de la traçabilité et sur beaucoup d'autres choses". (Belga)

Cette mobilisation est portée conjointement par différents mouvements de sans-papiers parmi lesquels le collectif des travailleurs sans papiers et la maison des migrants. Le groupe s'est rassemblé à 14h00 sur la place communale de Molenbeek-Saint-Jean et s'est dispersé à compter de 15h15 à hauteur de la place du Nouveau Marché aux Grains à Bruxelles. La police a empêché les manifestants d'atteindre la Bourse, mais aucune violence n'a été rapportée. Un discours de fin a alors été prononcé avant dislocation. Les manifestants portaient tous des masques. Ils chantaient des slogans comme "On est tous des enfants d'immigrés" et arboraient différentes banderoles avec des messages appelant à la régularisation. "On trouve inconcevable que ce gouvernement fédéral Coronavirus n'entende pas les appels grandissants à la régularisation, qui viennent des communes, d'associations, d'avocats, de groupes de sans-papiers...", estime Abdelhak, porte-parole pour l'action. "Il fait preuve d'une surdité absolue, mais nos actions ne vont pas s'arrêter. La commune de Molenbeek-Saint-Jean vient d'adopter une motion favorable à la régularisation, après Forest, Saint-Gilles, Ixelles ou encore la promesse de Saint-Josse et le début de discussions à Anderlecht". Il explique que beaucoup de sans-papiers qui travaillaient au noir sont totalement démunis depuis la mise en confinement du pays à la mi-mars et ajoute que "régulariser les sans-papiers leur permettrait de bénéficier d'une protection sanitaire, non pas de la seule carte médicale qui est insuffisante sur la question du dépistage, de la traçabilité et sur beaucoup d'autres choses". (Belga)