Le jeune homme avait initialement l'intention d'aller voir la manifestation avec un ami mais ils sont arrivés une fois celle-ci terminée. Ils ont été poussés par les policiers depuis la place de l'Albertine jusqu'à la place devant la gare centrale, où ils ont été arrêtés. Quand son père est venu le chercher aux casernes d'Etterbeek, Pirly s'est levé à l'appel de son nom pour sa sortie de cellule et a reçu deux claques d'un policier, selon la version du jeune. Il a ensuite été mis par terre, toujours dans la cellule, et 4 autres policiers sont arrivés. Pirly déclare avoir alors été roué de coups de pied. "Ils se sont ensuite adressés aux autres de la cellule en disant: "Voyez ce qu'il va se passer pour vous si vous bougez encore"", rapporte le père du jeune homme. "Il l'ont donc frappé à titre d'exemple. Son ami, lui bien blanc, a juste réagi en disant quelque chose comme "Mais, qu'est-ce-que vous faites à Pirly ?" et il s'est fait balayer et a aussi reçu des coups. (...) Mon fils dit que, dans la cellule, il y avait 2-3 jeunes qui avaient des velléités de rébellion et qui ont endommagé un WC. Mais, face à cette rébellion de 2-3 du groupe en cellule, ils ont pris mon fils pour donner un exemple !". Il précise être blanc de peau et son fils noir. Pirly a saigné du nez, mais il n'a pas gardé de séquelles des coups reçus. Son ami qui a pris sa défense s'est par contre rendu à l'hôpital car il a un pied très gonflé. La police a procédé à 245 arrestations administratives à la suite de la manifestation, dont 91 concernent des mineurs. (Belga)

Le jeune homme avait initialement l'intention d'aller voir la manifestation avec un ami mais ils sont arrivés une fois celle-ci terminée. Ils ont été poussés par les policiers depuis la place de l'Albertine jusqu'à la place devant la gare centrale, où ils ont été arrêtés. Quand son père est venu le chercher aux casernes d'Etterbeek, Pirly s'est levé à l'appel de son nom pour sa sortie de cellule et a reçu deux claques d'un policier, selon la version du jeune. Il a ensuite été mis par terre, toujours dans la cellule, et 4 autres policiers sont arrivés. Pirly déclare avoir alors été roué de coups de pied. "Ils se sont ensuite adressés aux autres de la cellule en disant: "Voyez ce qu'il va se passer pour vous si vous bougez encore"", rapporte le père du jeune homme. "Il l'ont donc frappé à titre d'exemple. Son ami, lui bien blanc, a juste réagi en disant quelque chose comme "Mais, qu'est-ce-que vous faites à Pirly ?" et il s'est fait balayer et a aussi reçu des coups. (...) Mon fils dit que, dans la cellule, il y avait 2-3 jeunes qui avaient des velléités de rébellion et qui ont endommagé un WC. Mais, face à cette rébellion de 2-3 du groupe en cellule, ils ont pris mon fils pour donner un exemple !". Il précise être blanc de peau et son fils noir. Pirly a saigné du nez, mais il n'a pas gardé de séquelles des coups reçus. Son ami qui a pris sa défense s'est par contre rendu à l'hôpital car il a un pied très gonflé. La police a procédé à 245 arrestations administratives à la suite de la manifestation, dont 91 concernent des mineurs. (Belga)