"Nous avons vu au cours des derniers jours le révérend Lazarus Chakwera et le Parti du congrès du Malawi appeler à la violence et au bain de sang pour plonger ce pays dans le chaos", a déclaré Peter Mutharika lors d'une intervention jeudi soir à la radio-télévision nationale. "Le réel objectif du révérend Chakwera est d'ignorer le processus démocratique et ses résultats, de créer le chaos (...) en utilisant les vies de Malawites innocents pour renverser le gouvernement par la violence et la force. Cela ne sera pas autorisé", a-t-il prévenu. Selon les résultats de la commission électorale, Peter Mutharika, au pouvoir depuis 2014, a été réélu avec 38,57% des suffrages lors de la présidentielle du 21 mai, devant son principal rival, Lazarus Chakwera (35,41% des voix) et Saulos Chilima (20,24%). La semaine dernière, Lazarus Chakwera et Saulos Chilima ont saisi chacun de leur côté la justice pour obtenir l'annulation de l'élection. Mardi et jeudi, des partisans de l'opposition ont manifesté dans la capitale, Lilongwe, contre la fraude électorale, selon eux. "Nous avons eu une élection que tous les observateurs internationaux ont jugé pacifiques, libres, justes et crédibles", a affirmé jeudi soir Peter Mutharika. "Au lieu d'attendre que la justice fasse son travail (...), le révérend Chakwera organise des manifestations illégales qui perturbent la vie de tous", a-t-il estimé, prévenant que "toute personne qui incite et provoque le désordre sera arrêtée et jugée". (Belga)