La grève de la faim de quelque 430 personnes sans-papiers réclamant la définition de critères clairs de régularisation s'est terminée mercredi de la semaine dernière. Dès le lendemain matin, des gens qui demeurent de longue date en situation irrégulière sur le territoire ont afflué devant la zone neutre qui avait été ouverte par le secrétaire d'État dans une volonté d'ouvrir un dialogue avec les grévistes. Il a proposé de réexaminer individuellement leurs dossiers sur base des dispositions légales existantes. Lundi, environ 200 personnes étaient à nouveau présentes devant cet espace aménagé rue Melsens à Bruxelles. Cet endroit est pourtant un lieu de dialogue réservé aux seuls grévistes de la faim. "De fausses rumeurs circulent à ce sujet. Il n'y a pas de changement dans la politique de régularisation", martèle une nouvelle fois Sammy Mahdi mardi matin. "Les fake news circulent rapidement, surtout si les gens y puisent de faux espoirs. Il est donc important d'envoyer un message rapide et clair indiquant que la politique de régularisation ne changera pas. Des appels circulent également sur Facebook pour que les gens se déplacent en masse vers la zone neutre en guise d'action. C'est regrettable", déplore le secrétaire d'État. Vendredi dernier, la zone neutre a été fermée au grand public. "Les organisations de la société civile et les barreaux d'avocats ont également reçu ces informations. De cette manière, ils peuvent informer correctement les personnes qui pensent soudainement avoir plus de chances d'être régularisées", ajoute M. Mahdi. (Belga)

La grève de la faim de quelque 430 personnes sans-papiers réclamant la définition de critères clairs de régularisation s'est terminée mercredi de la semaine dernière. Dès le lendemain matin, des gens qui demeurent de longue date en situation irrégulière sur le territoire ont afflué devant la zone neutre qui avait été ouverte par le secrétaire d'État dans une volonté d'ouvrir un dialogue avec les grévistes. Il a proposé de réexaminer individuellement leurs dossiers sur base des dispositions légales existantes. Lundi, environ 200 personnes étaient à nouveau présentes devant cet espace aménagé rue Melsens à Bruxelles. Cet endroit est pourtant un lieu de dialogue réservé aux seuls grévistes de la faim. "De fausses rumeurs circulent à ce sujet. Il n'y a pas de changement dans la politique de régularisation", martèle une nouvelle fois Sammy Mahdi mardi matin. "Les fake news circulent rapidement, surtout si les gens y puisent de faux espoirs. Il est donc important d'envoyer un message rapide et clair indiquant que la politique de régularisation ne changera pas. Des appels circulent également sur Facebook pour que les gens se déplacent en masse vers la zone neutre en guise d'action. C'est regrettable", déplore le secrétaire d'État. Vendredi dernier, la zone neutre a été fermée au grand public. "Les organisations de la société civile et les barreaux d'avocats ont également reçu ces informations. De cette manière, ils peuvent informer correctement les personnes qui pensent soudainement avoir plus de chances d'être régularisées", ajoute M. Mahdi. (Belga)