Même s'ils ne parviennent pas à retrouver leur score électoral de 2014, le MR et le PS se disputent la première place en Wallonie et à Bruxelles. Les libéraux occupent la tête du classement des intentions de vote au sud du pays avec 22,1%, selon un sondage RTL-Le Soir-Ipsos publié vendredi soir. Les socialistes sont deuxièmes avec 19,5% (contre 32% au dernier scrutin), talonnés par le PTB à 18,9%. A Bruxelles, la situation est inversée. Le PS se redresse un peu mais ne recueille plus que 17,6% des intentions contre 16,5% pour le MR. "Avant de dire avec qui on est prêt à gouverner, il faut d'abord retrouver la confiance et dire quelle alternative on propose. Si on est à moins de 20%, je crois que le parti socialiste n'a pas vocation à apporter une toute petite touche de rouge dans une politique de droite, sans obtenir d'avancées sur la globalisation des revenus, la réduction du temps de travail...", a commenté le chef de file du PS. Interrogé sur d'autres thèmes de l'actualité de son parti, dont le dossier Intradel, M. Magnette a notamment rappelé que le député PS Alain Mathot avait bénéficié de son immunité parlementaire à la suite d'un vote en ce sens au parlement fédéral. Il a toutefois ajouté que si l'intéressé devait ultérieurement faire l'objet d'une condamnation, il devrait être "exclu du Parti Socialiste". (Belga)

Même s'ils ne parviennent pas à retrouver leur score électoral de 2014, le MR et le PS se disputent la première place en Wallonie et à Bruxelles. Les libéraux occupent la tête du classement des intentions de vote au sud du pays avec 22,1%, selon un sondage RTL-Le Soir-Ipsos publié vendredi soir. Les socialistes sont deuxièmes avec 19,5% (contre 32% au dernier scrutin), talonnés par le PTB à 18,9%. A Bruxelles, la situation est inversée. Le PS se redresse un peu mais ne recueille plus que 17,6% des intentions contre 16,5% pour le MR. "Avant de dire avec qui on est prêt à gouverner, il faut d'abord retrouver la confiance et dire quelle alternative on propose. Si on est à moins de 20%, je crois que le parti socialiste n'a pas vocation à apporter une toute petite touche de rouge dans une politique de droite, sans obtenir d'avancées sur la globalisation des revenus, la réduction du temps de travail...", a commenté le chef de file du PS. Interrogé sur d'autres thèmes de l'actualité de son parti, dont le dossier Intradel, M. Magnette a notamment rappelé que le député PS Alain Mathot avait bénéficié de son immunité parlementaire à la suite d'un vote en ce sens au parlement fédéral. Il a toutefois ajouté que si l'intéressé devait ultérieurement faire l'objet d'une condamnation, il devrait être "exclu du Parti Socialiste". (Belga)