Paul Magnette n'a pas caché que l'évolution du score du PS dans les sondages suscitait des inquiétudes quant à son ampleur. "Mais il ne faut pas pour autant courir comme une poule sans tête. Je ne vais pas devenir marxiste léniniste parce que c'est à la mode", a-t-il ajouté, faisant allusion à la sensible progression d...

Paul Magnette n'a pas caché que l'évolution du score du PS dans les sondages suscitait des inquiétudes quant à son ampleur. "Mais il ne faut pas pour autant courir comme une poule sans tête. Je ne vais pas devenir marxiste léniniste parce que c'est à la mode", a-t-il ajouté, faisant allusion à la sensible progression du PTB dans les mêmes sondages. Revenant sur l'achat du site de Caterpillar par la Région wallonne pour un euro symbolique, le ministre-président wallon a précisé que dans le pire des cas, sur foi des analyses environnementales réalisées, la dépollution coûterait à celle-ci quelque 15 millions d'euros. Dès lors, dès que des repreneurs reprendront même partiellement le site, elle gagnera de l'argent, a-t-il dit. En ce qui concerne le redéploiement économique sur place, M. Magnette a dit sa conviction que d'ici dix ans, on aura créé plus d'emplois qu'il n'y en a actuellement sur le site situé dans le prolongement naturel de l'aéropole de Charleroi, lequel héberge actuellement un des bioparcs les plus dynamiques d'Europe. Interrogé par ailleurs sur l'appel du ministre fédéral de la Coopération au développement, Alexander De Croo (Open Vld), à la cessation des livraisons d'armes fabriquées en Belgique, en particulier en Wallonie, à l'Arabie Saoudite, Paul Magnette a rappelé que la Belgique était l'allié de ce pays, "qu'on le veuille ou non". "Si on veut que la Belgique ne lui vende plus d'armes, il faut qu'elle sorte de la coalition contre Daech... La Flandre lui vend du matériel à usage militaire. Ne faisons pas semblant qu'elle n'en vend pas", a-t-il encore dit.