Au lieu de les déclarer inaptes au travail, le gouvernement désire examiner après trois mois si ces personnes peuvent réintégrer le marché du travail. Cette mesure permettrait à la sécurité sociale de faire d'importantes économies et aux patients de gagner davantage que leurs indemnités.

"Comme l'autorise la loi-programme, nous voulons étudier s'il est possible que le médecin traitant, le médecin du travail et le médecin de la mutuelle examinent en quelle mesure ces personnes sont capables d'accomplir certaines tâches. Dans la plupart des cas, il s'agira probablement d'un emploi à temps partiel et peut-être d'une autre fonction que celle qu'elles exerçaient avant leur maladie. Cependant, elles pourraient effectuer d'autres tâches de sorte qu'elles puissent rester dans un environnement de travail et compter sur un meilleur revenu" explique De Block à la VRT.

Interrogée par la VRT, la mutualité chrétienne soutient le projet de la ministre et a même déjà pris une mesure dans ce sens en signant un accord avec le FOREM et son homologue néerlandophone le VDAB. D'après la mutuelle, une grande majorité de malades de longue durée souhaiteraient en effet reprendre le travail.

Au lieu de les déclarer inaptes au travail, le gouvernement désire examiner après trois mois si ces personnes peuvent réintégrer le marché du travail. Cette mesure permettrait à la sécurité sociale de faire d'importantes économies et aux patients de gagner davantage que leurs indemnités. "Comme l'autorise la loi-programme, nous voulons étudier s'il est possible que le médecin traitant, le médecin du travail et le médecin de la mutuelle examinent en quelle mesure ces personnes sont capables d'accomplir certaines tâches. Dans la plupart des cas, il s'agira probablement d'un emploi à temps partiel et peut-être d'une autre fonction que celle qu'elles exerçaient avant leur maladie. Cependant, elles pourraient effectuer d'autres tâches de sorte qu'elles puissent rester dans un environnement de travail et compter sur un meilleur revenu" explique De Block à la VRT. Interrogée par la VRT, la mutualité chrétienne soutient le projet de la ministre et a même déjà pris une mesure dans ce sens en signant un accord avec le FOREM et son homologue néerlandophone le VDAB. D'après la mutuelle, une grande majorité de malades de longue durée souhaiteraient en effet reprendre le travail.