Face à la saturation du réseau d'accueil, Mme De Block a annoncé samedi que seraient désormais exclus de l'accueil deux catégories de demandeurs de protection internationale. La première touche les migrants concernés par la procédure dite de Dublin: ils sont entrés dans l'Union européenne par un Etat désigné responsable de leur demande de protection, mais sollicitent une protection de la Belgique. "Contrairement aux affirmations de la ministre, ces demandeurs ne sont ni des fraudeurs, ni des abuseurs. En application du règlement Dublin, ils ont le droit de demander l'asile en Belgique et donc d'être accueillis dans le réseau de Fedasil", l'agence en charge de l'accueil de ces personnes, affirme le CIRé. L'autre catégorie concernée est celle des personnes ayant déjà obtenu le statut de protection dans un autre Etat européen. Selon le CIRé, elles présentent une demande de protection en Belgique "parce qu'elles ne sont pas en sécurité dans ce (premier) pays, ou qu'elles y font l'objet de fortes discriminations". Un nouveau statut de protection peut leur être octroyé si elles démontrent que les conditions de vie dans l'État où elles avaient reçu un statut constituent un traitement inhumain et dégradant contraire à la Convention européenne des droits de l'Homme. L'association affirme que non seulement ces deux catégories de personnes n'abusent pas de la procédure d'asile, mais que c'est au Commissariat général aux Réfugiés et Apatrides (CGRA), et non aux structures d'accueil, de décider de leur besoin de protection après un examen individualisé de leur dossier. (Belga)

Face à la saturation du réseau d'accueil, Mme De Block a annoncé samedi que seraient désormais exclus de l'accueil deux catégories de demandeurs de protection internationale. La première touche les migrants concernés par la procédure dite de Dublin: ils sont entrés dans l'Union européenne par un Etat désigné responsable de leur demande de protection, mais sollicitent une protection de la Belgique. "Contrairement aux affirmations de la ministre, ces demandeurs ne sont ni des fraudeurs, ni des abuseurs. En application du règlement Dublin, ils ont le droit de demander l'asile en Belgique et donc d'être accueillis dans le réseau de Fedasil", l'agence en charge de l'accueil de ces personnes, affirme le CIRé. L'autre catégorie concernée est celle des personnes ayant déjà obtenu le statut de protection dans un autre Etat européen. Selon le CIRé, elles présentent une demande de protection en Belgique "parce qu'elles ne sont pas en sécurité dans ce (premier) pays, ou qu'elles y font l'objet de fortes discriminations". Un nouveau statut de protection peut leur être octroyé si elles démontrent que les conditions de vie dans l'État où elles avaient reçu un statut constituent un traitement inhumain et dégradant contraire à la Convention européenne des droits de l'Homme. L'association affirme que non seulement ces deux catégories de personnes n'abusent pas de la procédure d'asile, mais que c'est au Commissariat général aux Réfugiés et Apatrides (CGRA), et non aux structures d'accueil, de décider de leur besoin de protection après un examen individualisé de leur dossier. (Belga)