Alors qu'environ 180.000 emplois sont menacés, mais qu'il y a aussi une pénurie de main-d'oeuvre dans le secteur des soins, la ministre des Affaires sociales, de la Santé publique, de l'Asile et de la Migration, Maggie De Block, a préparé une proposition pour répondre à ces deux problématiques: "Nous offrons la possibilité aux personnes qui ont perdu leur emploi pendant la crise du corona de se reconvertir gratuitement en infirmier. Ils reçoivent une compensation pendant qu'ils suivent cette formation de réorientation", explique-t-elle.

Cette proposition vise un élargissement aux demandeurs d'emploi du projet "Formation 600", qui permet aux personnes travaillant dans un hôpital, un collaborateur administratif par exemple, de se reconvertir en infirmier gratuitement. La ministre adresse une lettre aux partenaires sociaux pour développer cette idée.

Cela permettrait une nouvelle arrivée de personnel infirmier, alors qu'il y a en ce moment environ 5.000 offres d'emploi d'infirmier à pourvoir, selon Mme De Block: "Nous ne voulons pas seulement applaudir chaque soir le personnel soignant. Nous voulons aussi ouvrir tant que possible la voie à davantage de main-d'oeuvre sur le terrain", assure-t-elle.

Alors qu'environ 180.000 emplois sont menacés, mais qu'il y a aussi une pénurie de main-d'oeuvre dans le secteur des soins, la ministre des Affaires sociales, de la Santé publique, de l'Asile et de la Migration, Maggie De Block, a préparé une proposition pour répondre à ces deux problématiques: "Nous offrons la possibilité aux personnes qui ont perdu leur emploi pendant la crise du corona de se reconvertir gratuitement en infirmier. Ils reçoivent une compensation pendant qu'ils suivent cette formation de réorientation", explique-t-elle. Cette proposition vise un élargissement aux demandeurs d'emploi du projet "Formation 600", qui permet aux personnes travaillant dans un hôpital, un collaborateur administratif par exemple, de se reconvertir en infirmier gratuitement. La ministre adresse une lettre aux partenaires sociaux pour développer cette idée.Cela permettrait une nouvelle arrivée de personnel infirmier, alors qu'il y a en ce moment environ 5.000 offres d'emploi d'infirmier à pourvoir, selon Mme De Block: "Nous ne voulons pas seulement applaudir chaque soir le personnel soignant. Nous voulons aussi ouvrir tant que possible la voie à davantage de main-d'oeuvre sur le terrain", assure-t-elle.