Diverses manifestations de masse ont lieu dans cette région du nord-est de l'Espagne depuis la mi-octobre. Le 14 octobre, la Cour suprême a en effet condamné à de lourdes peines de prison neuf leaders indépendantistes catalans pour sédition et malversations après l'organisation d'un référendum d'autodétermination le 1er octobre 2017, pourtant interdit par le pouvoir central. Les 7,5 millions de Catalans sont particulièrement divisés sur la question de l'indépendance: un sondage publié en juillet par le gouvernement régional établissait à 44% la proportion de Catalans favorables à la sécession, tandis que 48,3% y étaient opposés. Madrid craint donc des débordements le jour du scrutin dans cette région. Les Espagnols se rendront aux urnes dimanche pour la deuxième fois cette année, les élections d'avril n'ayant pas permis de former un gouvernement. (Belga)