Emmanuel Macron, dont la complicité politique avec Charles Michel est notoire, souhaite que le libéral belge "gagne les élections nationales et européennes dans son pays, car il mène une politique courageuse, efficace, qui porte ses fruits, et qui à la fois redonne de la force à la Belgique et un vrai poids dans le concert européen".

Le chef d'Etat français salue son "courage politique essentiel de ne pas faire de compromis politicien qui affaiblisse l'image et la place de son pays". "C'est très rare", souligne le président en faisant référence au pacte de l'ONU sur les migrations, qui a fait chuter le gouvernement fin 2018. Il note "une ambition commune, une vraie communauté de vues" sur le dossier migratoire, la relation avec l'Afrique, les sujets de coopération en matière de sécurité, la zone euro et la solidarité en son sein, et sur la politique climatique. "Nous échangeons beaucoup, et sur beaucoup de sujets au Conseil européen nous intervenons de concert", assure-t-il. "Ses qualités comme son parcours le qualifient totalement pour faire aussi partie des personnes qui pourraient avoir de légitimes ambitions européennes", ajoute encore Emmanuel Macron, interrogé sur les hauts postes à pourvoir au lendemain du scrutin européen du 26 mai.

Il évoque son désir d'une coalition plus large que la majorité actuelle entre les socialistes (S&D) et les conservateurs (PPE) au Parlement européen. "Il faudra oeuvrer à construire cette coalition de progrès et d'avenir, avec des dirigeants comme Charles Michel, Mark Rutte, Antonio Costa et d'autres encore", recommande le président français, dont les élus devraient former un groupe avec les libéraux au Parlement européen. Il estime en outre que le Français Michel Barnier - membre du PPE - fait partie de la liste de dirigeants européens qui peuvent prétendre au poste de président de la Commission européenne, alors que le candidat du groupe PPE au Parlement européen est l'Allemand Manfred Weber.