"Very happy to meet you", a-t-il lancé à l'adresse de M. Pence qui a remercié le chef du gouvernement de l'accueillir "dans un si bel endroit" - alors que le président Donald Trump avait, durant sa campagne électorale, qualifié Bruxelles de "trou à rats". Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, était également présent pour cet entretien dînatoire, qui représente le premier contact diplomatique entre la Belgique et la nouvelle administration américaine. M. Michel a indiqué qu'il soulignerait que les Etats-Unis et l'Europe ne sont capables de résoudre les problèmes mondiaux qu'ensemble. Or, selon le Premier ministre belge, le président Donald Trump a affiché des positions qui vont contre le multilatéralisme, notamment en parlant de baisse de financement pour les Nations unies et en remettant en cause le bien-fondé de l'Otan. (Belga)

"Very happy to meet you", a-t-il lancé à l'adresse de M. Pence qui a remercié le chef du gouvernement de l'accueillir "dans un si bel endroit" - alors que le président Donald Trump avait, durant sa campagne électorale, qualifié Bruxelles de "trou à rats". Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, était également présent pour cet entretien dînatoire, qui représente le premier contact diplomatique entre la Belgique et la nouvelle administration américaine. M. Michel a indiqué qu'il soulignerait que les Etats-Unis et l'Europe ne sont capables de résoudre les problèmes mondiaux qu'ensemble. Or, selon le Premier ministre belge, le président Donald Trump a affiché des positions qui vont contre le multilatéralisme, notamment en parlant de baisse de financement pour les Nations unies et en remettant en cause le bien-fondé de l'Otan. (Belga)