"Il y a cinq ans, l'impensable se produisait, il y a cinq ans, le mal frappait. Trois explosions dévastatrices. Deux dans notre aéroport national. Une dans une rame de métro de la station Maelbeek. En une heure et 13 minutes, 32 personnes innocentes furent arrachées à la vie. Plus de 340 furent gravement blessées. Et une multitude d'existences furent bouleversées à jamais", a-t-il affirmé lors d'une émouvante cérémonie de commémoration organisée au monument aux victimes d'actes terroristes, situé rue de la Loi à Bruxelles. "Nous sommes réunis ici aujourd'hui pour nous souvenir des victimes des attentats terroristes, pour marquer notre solidarité avec les survivants, leur famille et leurs amis, pour exprimer notre gratitude envers tous ceux qui ont porté secours", a ajouté le chef du gouvernement fédéral. "Mais aussi pour surmonter ensemble ce vide et cette absence. Comme nous avons tenté de le faire, tant bien que mal, au cours des cinq dernières années. En nommant leurs noms et en étant unis ensemble en silence", a-t-il poursuivi. "Si nous sommes ici, c'est aussi pour affirmer que rien n'a plus de valeur qu'une vie humaine. Qu'il n'y a pas plus grand crime, ni plus grande cruauté, que de briser l'avenir d'une personne, que d'abîmer, de détruire une vie humaine", a encore dit M. De Croo. (Belga)

"Il y a cinq ans, l'impensable se produisait, il y a cinq ans, le mal frappait. Trois explosions dévastatrices. Deux dans notre aéroport national. Une dans une rame de métro de la station Maelbeek. En une heure et 13 minutes, 32 personnes innocentes furent arrachées à la vie. Plus de 340 furent gravement blessées. Et une multitude d'existences furent bouleversées à jamais", a-t-il affirmé lors d'une émouvante cérémonie de commémoration organisée au monument aux victimes d'actes terroristes, situé rue de la Loi à Bruxelles. "Nous sommes réunis ici aujourd'hui pour nous souvenir des victimes des attentats terroristes, pour marquer notre solidarité avec les survivants, leur famille et leurs amis, pour exprimer notre gratitude envers tous ceux qui ont porté secours", a ajouté le chef du gouvernement fédéral. "Mais aussi pour surmonter ensemble ce vide et cette absence. Comme nous avons tenté de le faire, tant bien que mal, au cours des cinq dernières années. En nommant leurs noms et en étant unis ensemble en silence", a-t-il poursuivi. "Si nous sommes ici, c'est aussi pour affirmer que rien n'a plus de valeur qu'une vie humaine. Qu'il n'y a pas plus grand crime, ni plus grande cruauté, que de briser l'avenir d'une personne, que d'abîmer, de détruire une vie humaine", a encore dit M. De Croo. (Belga)