L'enquête, qui a débuté il y a environ un an, vise "plus de 70 suspects et plusieurs associations soupçonnées d'appartenir et de soutenir les organisations terroristes des Frères musulmans et du Hamas", indique dans un communiqué le bureau des procureurs de la région de Styrie (sud-est). Parmi les suspects, 30 ont reçu l'ordre de se présenter à la police pour être interrogés. Le parquet mentionne "des soupçons de formation d'organisation terroriste, de financement du terrorisme et de blanchiment d'argent". Les perquisitions, qui ont eu lieu en Styrie, Carinthie, Basse-Autriche et Vienne, ont pour objectif de "s'attaquer aux racines de l'islam politique", a commenté le ministre de l'Intérieur, Karl Nehammer. Au lendemain de l'attentat, le chancelier conservateur Sebastian Kurz a réitéré sa détermination à combattre l'islam politique. (Belga)

L'enquête, qui a débuté il y a environ un an, vise "plus de 70 suspects et plusieurs associations soupçonnées d'appartenir et de soutenir les organisations terroristes des Frères musulmans et du Hamas", indique dans un communiqué le bureau des procureurs de la région de Styrie (sud-est). Parmi les suspects, 30 ont reçu l'ordre de se présenter à la police pour être interrogés. Le parquet mentionne "des soupçons de formation d'organisation terroriste, de financement du terrorisme et de blanchiment d'argent". Les perquisitions, qui ont eu lieu en Styrie, Carinthie, Basse-Autriche et Vienne, ont pour objectif de "s'attaquer aux racines de l'islam politique", a commenté le ministre de l'Intérieur, Karl Nehammer. Au lendemain de l'attentat, le chancelier conservateur Sebastian Kurz a réitéré sa détermination à combattre l'islam politique. (Belga)