Les heures de vol n'ont pas uniquement été engrangées lors de l'opération actuelle, qui court de mi-2016 au 30 mai 2017, mais également durant l'opération précédente, entre octobre 2014 et juin 2015. Les avions belges n'étaient alors actifs qu'au-dessus de l'Irak, alors qu'ils survolent aujourd'hui aussi la Syrie. A l'arrivée des avions, les militaires ont déployé une banderole pour saluer ce palier. L'opération actuelle en est pour le moment à plus de 3.400 heures de vol. Durant les missions, des armes sont utilisées dans 45% des cas. Quelque 80% des missions sont effectuées en Irak, le reste se fait en Syrie. (Belga)

Les heures de vol n'ont pas uniquement été engrangées lors de l'opération actuelle, qui court de mi-2016 au 30 mai 2017, mais également durant l'opération précédente, entre octobre 2014 et juin 2015. Les avions belges n'étaient alors actifs qu'au-dessus de l'Irak, alors qu'ils survolent aujourd'hui aussi la Syrie. A l'arrivée des avions, les militaires ont déployé une banderole pour saluer ce palier. L'opération actuelle en est pour le moment à plus de 3.400 heures de vol. Durant les missions, des armes sont utilisées dans 45% des cas. Quelque 80% des missions sont effectuées en Irak, le reste se fait en Syrie. (Belga)