S'exprimant sur la crise politique francophone et la constitution d'une nouvelle alliance en Fédération Wallonie-Bruxelles, Benoît Lutgen affirme que "l'union des francophones n'existe déjà plus". Il martèle qu'il est hors de question d'envisager une quelconque alliance avec le PS: "Même John Crombez (président du sp.a, NdlR) trouve que le PS est devenu communiste, c'est dire si pour nous il est devenu imbuvable de poursuivre. Singulièrement en Communauté française. Le PS veut la guerre scolaire puisqu'il vient avec la fusion des ré­seaux". Il poursuit en soulignant que la "détermination" humaniste est "absolue": "La ligne du parti a été fixée collectivement: apporter une alternative au PS".

Lutgen reçoit positivement les 80 propositions pour la Fédération Wallonie-Bruxelles d'Olivier Maingain et souhaite en discuter. "Il y a des éléments intéressants dont certains peuvent permettre de débloquer des situations. (...) Je dis donc à Olivier Maingain, voyons-nous sur le fond, on va étudier ces propositions. Le CDH en formulera également. Je souhaite qu'il y ait des rencontres pour parler des propositions de manière pointue. Allons au fond des choses."

Le président des centristes ne s'avance pas sur la suite des événements, en particulier sur la démission éventuelle de ses ministres s'il ne parvenait pas à constituer de nouvelles majorités sans les socialistes. "Je ne suis pas dans l'option de ne pas réussir", a-t-il affirmé.

Défi réunira son bureau lundi à 11h30. Il n'y aura par contre pas de réunion au CDH.

S'exprimant sur la crise politique francophone et la constitution d'une nouvelle alliance en Fédération Wallonie-Bruxelles, Benoît Lutgen affirme que "l'union des francophones n'existe déjà plus". Il martèle qu'il est hors de question d'envisager une quelconque alliance avec le PS: "Même John Crombez (président du sp.a, NdlR) trouve que le PS est devenu communiste, c'est dire si pour nous il est devenu imbuvable de poursuivre. Singulièrement en Communauté française. Le PS veut la guerre scolaire puisqu'il vient avec la fusion des ré­seaux". Il poursuit en soulignant que la "détermination" humaniste est "absolue": "La ligne du parti a été fixée collectivement: apporter une alternative au PS". Lutgen reçoit positivement les 80 propositions pour la Fédération Wallonie-Bruxelles d'Olivier Maingain et souhaite en discuter. "Il y a des éléments intéressants dont certains peuvent permettre de débloquer des situations. (...) Je dis donc à Olivier Maingain, voyons-nous sur le fond, on va étudier ces propositions. Le CDH en formulera également. Je souhaite qu'il y ait des rencontres pour parler des propositions de manière pointue. Allons au fond des choses." Le président des centristes ne s'avance pas sur la suite des événements, en particulier sur la démission éventuelle de ses ministres s'il ne parvenait pas à constituer de nouvelles majorités sans les socialistes. "Je ne suis pas dans l'option de ne pas réussir", a-t-il affirmé. Défi réunira son bureau lundi à 11h30. Il n'y aura par contre pas de réunion au CDH.