Avec le retrait de la statue de l'ancien roi, qui a d'abord colonisé le Congo pour sa propriété personnelle, l'administration communale de Louvain souhaite clarifier l'histoire de la colonisation pour les générations actuelles et futures. "Il s'agit d'une petite partie du trajet de décolonisation entamé il y a plus d'un an", expliquent les échevines de la Diversité, Lalynn Wadera et de la Politique mondiale, Lies Corneillie. "Nous prenons soin de notre passé et de notre patrimoine mais nous souhaitons les présenter dans la bonne perspective", souligne l'échevin du patrimoine immatériel, Carl Devlies. "La statue a été retirée par un expert et sera conservée à l'hôtel de ville." La commune souhaite également ajouter de nouveaux symboles dans l'espace public. Un projet est mené autour d'Augusta Chiwy, dont le père était belge et la mère congolaise. Une rue a été nommée en son honneur. Elle avait suivi des études d'infirmière à Louvain et s'était occupée de victimes de la Seconde Guerre mondiale à Bastogne. "Son nom résonne à peine dans notre mémoire collective. Cela doit changer. Avec une rue à son nom, nous rendons hommage non seulement à Augusta Chiwy mais aussi à tous les Congolais oubliés", relève Mme Corneillie. (Belga)

Avec le retrait de la statue de l'ancien roi, qui a d'abord colonisé le Congo pour sa propriété personnelle, l'administration communale de Louvain souhaite clarifier l'histoire de la colonisation pour les générations actuelles et futures. "Il s'agit d'une petite partie du trajet de décolonisation entamé il y a plus d'un an", expliquent les échevines de la Diversité, Lalynn Wadera et de la Politique mondiale, Lies Corneillie. "Nous prenons soin de notre passé et de notre patrimoine mais nous souhaitons les présenter dans la bonne perspective", souligne l'échevin du patrimoine immatériel, Carl Devlies. "La statue a été retirée par un expert et sera conservée à l'hôtel de ville." La commune souhaite également ajouter de nouveaux symboles dans l'espace public. Un projet est mené autour d'Augusta Chiwy, dont le père était belge et la mère congolaise. Une rue a été nommée en son honneur. Elle avait suivi des études d'infirmière à Louvain et s'était occupée de victimes de la Seconde Guerre mondiale à Bastogne. "Son nom résonne à peine dans notre mémoire collective. Cela doit changer. Avec une rue à son nom, nous rendons hommage non seulement à Augusta Chiwy mais aussi à tous les Congolais oubliés", relève Mme Corneillie. (Belga)