Le comité consultatif sur les migrations (MAC), un organe indépendant du gouvernement, devra réaliser "une étude détaillée des migrations en provenance de l'Union européenne et de l'espace économique européen vers les économies d'Angleterre, d'Écosse, du Pays de Galles et d'Irlande du Nord", écrit la ministre dans une tribune publiée par le Financial Times (FT). Amber Rudd, qui avait pris position pour le maintien de son pays dans l'Union européenne lors de la campagne du référendum du Brexit, défend une position modérée quant à la rupture avec les 27, contrairement à plusieurs de ses collègues du gouvernement. Elle affirme ainsi qu'elle "veut rassurer" les dirigeants économiques, soulignant que le gouvernement "partage leur désir de continuer à accueillir ceux qui aident à faire du Royaume-Uni un pays prospère", et qu'il n'y aura pas de "rupture brutale" dans la politique migratoire concernant les Européens, laissant entendre la possibilité d'une période de transition. Elle reprend néanmoins la ligne gouvernementale sur "l'opportunité" que représente la reprise du "contrôle de l'immigration", et sur le degré d'ouverture des frontières, qui sera décidé "en fonction des intérêts du pays". L'étude du MAC ne devrait pas être publiée avant septembre 2018, indique le FT. (Belga)

Le comité consultatif sur les migrations (MAC), un organe indépendant du gouvernement, devra réaliser "une étude détaillée des migrations en provenance de l'Union européenne et de l'espace économique européen vers les économies d'Angleterre, d'Écosse, du Pays de Galles et d'Irlande du Nord", écrit la ministre dans une tribune publiée par le Financial Times (FT). Amber Rudd, qui avait pris position pour le maintien de son pays dans l'Union européenne lors de la campagne du référendum du Brexit, défend une position modérée quant à la rupture avec les 27, contrairement à plusieurs de ses collègues du gouvernement. Elle affirme ainsi qu'elle "veut rassurer" les dirigeants économiques, soulignant que le gouvernement "partage leur désir de continuer à accueillir ceux qui aident à faire du Royaume-Uni un pays prospère", et qu'il n'y aura pas de "rupture brutale" dans la politique migratoire concernant les Européens, laissant entendre la possibilité d'une période de transition. Elle reprend néanmoins la ligne gouvernementale sur "l'opportunité" que représente la reprise du "contrôle de l'immigration", et sur le degré d'ouverture des frontières, qui sera décidé "en fonction des intérêts du pays". L'étude du MAC ne devrait pas être publiée avant septembre 2018, indique le FT. (Belga)